Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Catherine Cuenca et Yves Thomas dir., Catherine Balle éd., Le patrimoine scientifique et technique contemporain. Un programme de sauvegarde en Pays de la Loire

Paris, L’Harmattan, 2005, 264 pages.
Gérard Emptoz
p. 221-222
Référence(s) :

Catherine Cuenca et Yves Thomas dir., Catherine Balle éd., Le patrimoine scientifique et technique contemporain. Un programme de sauvegarde en Pays de la Loire, Paris, L’Harmattan, 2005, 264 pages.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif rend compte d’un programme de conservation du patrimoine scientifique et technique, réalisé sous l’angle inédit de la préservation de la mémoire des recherches réalisées depuis les années 1960 jusqu’à nos jours, dans la région des Pays de la Loire.

2Le patrimoine scientifique est constitué d’instruments et d’objets ayant été utilisés pour faire de la recherche à une période donnée. Il sont le plus souvent conservés dans des musées, dont les plus nombreux en France sont les muséums d’histoire naturelle, ainsi que dans d’autres musées de sciences et techniques, sans compter des collections dispersées de physique, de chimie, d’astronomie ou de médecine. Toutefois, ces témoins ne constituent qu’une faible partie de la mémoire qu’il conviendrait de conserver. On ne trouve qu’un petit nombre de musées universitaires ou de centres de recherche, où sont présentés de tels objets et les documents qui ont servi à l’élaboration de la science et la faire connaître. Pour tenter de modifier cette situation, quelques opérations ont été lancées au cours des années 1990, pour préserver des patrimoines scientifiques et des techniques, tant à Paris (par exemple, sur la Montagne Sainte-Geneviève) qu’en province (notamment dans plusieurs observatoires astronomiques).

3Le programme régional original lancé à la fin des années 1990 en Pays de la Loire constitue le cœur de l’ouvrage présenté ici et en dresse un bilan. Engagé à l’initiative de scientifiques nantais qui souhaitaient collecter le plus grand nombre d’objets et d’informations documentaires sur un sujet particulier, le projet devait être étoffé de témoignages oraux des scientifiques eux-mêmes. Le programme devait ensuite générer une série de produits de large diffusion, d’abord avec des DVD-Rom puis avec Internet. La modernité des modalités prévues pour la conservation et de la diffusion de la mémoire est donc la base de cette initiative. L’objectif affiché du projet est de créer un musée virtuel, dont le contenu soit numérique, et ainsi accessible à tous.

4L’ouvrage comporte quatre parties. La première, intitulée « Histoire d’un patrimoine : le patrimoine scientifique et technique contemporain » réunit les contributions de quatre spécialistes. Robert Halleux, Paolo Brenni, Bruno Jacomy et Girolamo Ramunni évoquent les contours de ce patrimoine encore fragile, ses différentes composantes et les problèmes qu’il pose aux contemporains.

5La seconde partie est consacrée au « Sauvetage du patrimoine scientifique et technique contemporain en Pays de la Loire ». Les quatre contributions, dues à Yves Thomas et Catherine Cuenca, conjointement avec Jim Lingel et Véronique Gratas, présentent le programme mis en place dans la région afin de sauvegarder la mémoire des institutions de recherche présentes dans cinq départements, depuis les années 1960 jusqu’en 2000, et donnent tous les détails sur son avancement et ses résultats.

6Une série de thèmes, « seize histoires de recherche » en tout, a été sélectionnée pour des enregistrements sur DVD. Pour un thème donné, un scientifique est le témoin. Après une présentation de son parcours personnel, il décrit sa contribution et ses découvertes. Le cadre de la recherche est restitué : le laboratoire, les méthodes suivies, ainsi que les appareils utilisés. Le programme a permis de réunir un ensemble très complet d’informations sur les recherches régionales. Il a donné lieu à la réalisation de trois DVD-Rom, intitulés Mémoire de recherche, le premier couvrant la période 1960-2000 (six thèmes), le second pour la période 1960-2002 (six thèmes), et le troisième comportant les seize thèmes dont les contenus sont présentés en détail.

7La troisième partie du livre réunit des contributions sur « Les usages de la culture scientifique et technique ». Catherine Ballé aborde d’abord la notion d’usage sous l’angle de la sociologie. Elle complète sa réflexion avec Laurent Pascail avec l’évaluation de l’effet culturel produit par les DVD auprès de leurs lecteurs. L’enquête est aussi élargie avec une étude comparable faite auprès de quatre établissements du secondaire. Alexandre Ballé et Catherine Ballé complètent ces contributions par un exposé des possibilités offertes par la mise sur Internet grâce au site Web créé à Nantes, conjointement pat Atlantech, l’université de Nantes et l’Institut de l’homme et de la technologie. Dans la dernière partie, Catherine Cuenca et Daniel Thoulouze présentent l’avenir du programme, désormais prévu pour être étendu et généralisé à d’autres régions, dans le cadre d’une mission nationale confiée au Conservatoire national des arts et métiers.

8L’intérêt de cet ouvrage, destiné à montrer le savoir-faire de toute l’équipe de la région des Pays de la Loire qui a œuvré pour la sauvegarde du patrimoine de la recherche scientifique sous toutes ses facettes est à souligner. Plus généralement, il convient aussi de souligner l’intérêt de ce type de contribution pour le soutien du développement de la culture scientifique et technique grâce aux nouvelles technologies de l’information.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Emptoz, « Catherine Cuenca et Yves Thomas dir., Catherine Balle éd., Le patrimoine scientifique et technique contemporain. Un programme de sauvegarde en Pays de la Loire », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 16 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 05 octobre 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://dht.revues.org/721

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page