Navigation – Plan du site
Actualités

Le patrimoine industriel,pédagogies, domaines et problématiques à l’usage des enseignants : une initiative de la revue Historiens et Géographes

Gracia Dorel-Ferré
p. 108-111

Texte intégral

Historiens et Géographes, n° 398, mai 2007.- pp.111-223, phot., notes, phot. coul., carte, ill.

Historiens et Géographes, n° 398, mai 2007.- pp.111-223, phot., notes, phot. coul., carte, ill.

1La question du patrimoine industriel, dans son épistémologie et ses pratiques est loin d’être résolue : ce n’est pas une discipline enseignée en tant que telle, dans notre système éducatif et nous manquons des outils d’analyse et de méthode sur lesquels en fonder l’usage. Aussi faut-il saluer l’initiative du comité de rédaction de la revue Historiens-Géographes et de son secrétaire Hubert Tison qui ont décidé de donner une large place aux témoignages des enseignants qui depuis longtemps pratiquent dans leur classe, soit par conviction, soit par entraînement, et aux chercheurs qui ont rencontré le patrimoine industriel au cours de leur recherche et qui soit y ont fait un détour ou s’y sont consacrés pleinement depuis. Suivant la démarche habituelle de la revue, les trois livraisons qui composent le dossier seront réunies en un seul volume qui sera présenté à un large public au moment venu. Pour l’heure, sont publiés un premier volet sur l’enseignement du patrimoine industriel (n° 398, mai 2007) et un second portant sur les méthodes spécifiques et les territoires (n° 401, février 2008). Le troisième, portant sur les problématiques spécifiques, daté de décembre 2008, sortira en janvier 2009.

2Le premier dossier rend compte des expériences qui ont été menées en Champagne-Ardenne depuis 1990, de l’enseignement primaire au lycée. S’y ajoute un article important, signé de Florence-hachez-Leroy et Marie-Noêlle Polino sur les enseignements du patrimoine industriel en université. De ce premier survol des pratiques, alors que les textes officiels n’invitent à s’intéresser à cette discipline que de façon détournée, il faut insister sur les conclusions.

Des stagiaires visitent le patrimoine textile troyen réhabilité  

Des stagiaires visitent le patrimoine textile troyen réhabilité  

 (photo GDF)

3Le patrimoine industriel est le domaine d’une réflexion qui parcourt l’espace et le temps des hommes. Ceux-ci n’ont pas attendu les âges historiques pour inventorier leurs ressources est les exploiter. Ils n’ont pas attendu le XVIIIe siècle pour se spécialiser et produire en série, avec les outils appropriés, pour un marché lointain ! C’est dire combien une étude du patrimoine industriel est liée, sans s’y dissoudre pourtant, à une géohistoire et à une histoire des techniques multimillénaires. Cette dimension nous fait bien défaut aujourd’hui, dans les enseignements du premier et du second degré où les seuls bâtiments dont on étudie la logique sont les églises et les châteaux-forts. Certes, ces constructions ont marqué le paysage et continuent à frapper les esprits. Mais elles contribuent fort peu à une meilleure compréhension du temps présent. Nous avons tenté de démontrer tout l’intérêt pédagogique qu’il y a à visiter une installation de production d’énergie ou un industrie, suivant les méthodes habituelles de découverte, description, comparaison et synthèse, que l’école met en place, de la maternelle à l’Université. Bien sûr, nous sommes attentifs à ne pas introduire des concepts qui seraient anachroniques : la révolution industrielle, dont on nuance aujourd’hui la chronologie, les origines et les partenaires, démarre bien au XVIIIe siècle, du fait de l’ampleur et de l’intensité du phénomène. Mais des situations industrielles s’observent dès l’aube des temps. Ce qui change, c’est le système englobant et la part prise par la situation en question dans le système lui-même. Pour donner un exemple, l’exploitation des mines et des carrières dans l’Antiquité se fait suivant des caractéristiques d’organisation et de mise en valeur que l’on retrouvera à l’âge industriel, mais la destination du produit est toute entière au service d’une élite étroite, dans un système englobant qui repose sur la prééminence de l’appropriation du sol et des revenus de la terre.

4On s’étonnera que le deuxième dossier, centré sur les méthodes et les espaces, donne exclusivement la parole aux historiens. Il s’agit en effet de rééquilibrer la balance, pour une discipline jeune, sur le berceau de laquelle se sont penchés, en majorité, les architectes et les sociologues. Les uns et les autres ont certes beaucoup à nous apprendre, mais ils n’ont pas, comme les historiens, le souci de reconstruire le temps passé, de comprendre les étapes, les césures, les paliers, les accélérations, les temps longs. Or, le patrimoine industriel se présente presque toujours à nos yeux comme un palimpseste dont il faut décrypter les superpositions, les entremêlements.Tout changement dans le bâti nous renvoie à des changements de structure, d’organisation, de fonctionnement. Pour cela, l’historien convoque toutes les sources possibles et les confronte par la pratique de l’étude archéologique et historique en profondeur, la mise en perspective, la reconstruction historique…Ainsi mesure-t-on l’impact des politiques agressives des États, dans le cas de l’Irlande qui ne peut développer une industrie textile que les anglais considèrent concurrente ; la transformation de l’arrière-pays au rythme de l’expansion d’une grande capitale économique comme Barcelone, l’importance de l’industrie diffuse, comme c’est le cas pour l’Ardèche, la Champagne-Ardenne, mais aussi pour bien d’autres régions de France. Plus encore, les études en patrimoine industriel nous permettent de comprendre le passage de l’industrie à l’industrialisation – c’est l’un des apports de la contribution de Liliane Hilaire-Pérez, dans le troisième dossier, sous presse- une réflexion majeure, en ce début de siècle, marqué par le passage de l’industrialisation à la société tertiaire. Comme on le voit, le patrimoine industriel est loin d’être uniquement une préoccupation d’élus devant le devenir des friches industrielles devenues, avec le temps, des réserves patrimoniales dont s’emparent des architectes en mal de création. Le patrimoine industriel intéresse la société civile toute entière, par ce qu’il nous apprend du passé, à l’égal des grandes constructions des élites que sont les palais et les églises. Il est temps d’en légitimer l’étude et de lui donner toute sa dimension, celle de la discipline qui associée à l’histoire des techniques fournit les axes d’une histoire du travail des hommes, fonde le présent et nous donne les clés pour envisager l’avenir.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Historiens et Géographes, n° 398, mai 2007.- pp.111-223, phot., notes, phot. coul., carte, ill.
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/679/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Des stagiaires visitent le patrimoine textile troyen réhabilité  
Crédits  (photo GDF)
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/679/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/679/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/679/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gracia Dorel-Ferré, « Le patrimoine industriel,pédagogies, domaines et problématiques à l’usage des enseignants : une initiative de la revue Historiens et Géographes », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 16 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://dht.revues.org/679

Haut de page

Auteur

Gracia Dorel-Ferré

CDHTE-Cnam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page