Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Les sources de l'Histoire des Mines : Nouveaux outils, Nouvelles approches

La bibliothèque del’École des mines de Paris comme source de (re)connaissance d’un enseignement

The École des Mines and its library as sources
Francine Masson
p. 74-75

Résumés

La bibliothèque de l’École des Mines a suivi le développement de l’École depuis sa création. À ce titre, sa composition est une indication sur les savoirs transmis à des ingénieurs qui joueront un rôle déterminant dans l’activité minière en France au XIXe siècle. Elle peut donc être considérée comme une source indirecte, mais importante, qui mérite d’être étudiée pour mieux comprendre les ingénieurs des mines. C’est un champ de recherche à explorer.

Haut de page

Texte intégral

Les cours des professeurs

  • 1  Jean-Nicolas Brochin, Résumé des leçons de géologie (1795-1796), Bibliothèque de l’École des mines (...)

1Une étude de l’enseignement dispensé à l’École des mines de Paris au XIXe siècle reste à faire. La bibliothèque conserve dans son fonds bon nombre des cours rédigés par les professeurs ou à partir de notes d’élèves, ce qui permet d’avoir une approximation du contenu de l’enseignement, le cours professé pouvant différer assez notablement du cours écrit. Il arrive même que seules les notes d’élèves donnent un aperçu du cours enseigné. C’est le cas pour le cours de Déodat de Dolomieu, premier professeur de géologie, qui n’est connu que par les notes de l’élève Jean Nicolas Brochin 1.

2Une source qui ne manque pas d’intérêt est la collection intitulée « fonds des professeurs ». On y retrouve quelques cours mais aussi les articles et ouvrages publiés par les enseignants de l’École, ce qui donne une idée des centres d’intérêt des enseignants et dans certains cas, du rapport entre le cours professé et les recherches personnelles.

3La géologie, la minéralogie, les techniques minières sont très représentées, tout au long du XIXe siècle, mais on voit aussi apparaître au fil des ans la législation, l’économie politique et la sociologie. Après 1870, apparaît même dans le fonds des professeurs un cours militaire, signe d’un temps où la « revanche » était dans bien des esprits.

La bibliothèque

4La bibliothèque a été créée en même temps que l’École. Le choix des ouvrages et des périodiques, depuis 1783 peut-être, et depuis 1795 à coup sûr, est une indication précieuse sur la formation dispensée

5Le catalogue de la bibliothèque, dans ses diverses formes, registre, fichiers, catalogue imprimé, est donc une bonne indication de la nature de l’enseignement dispensé et de l’entourage documentaire qui a été choisi. En 1794, l’abbé Clouet, bibliothécaire de l’École a mission de constituer la bibliothèque en choisissant dans les dépôts littéraires les ouvrages qui seront utiles aux élèves et aux professeurs. Il lui est recommandé d’être sélectif, et il s’est acquitté scrupuleusement de sa mission : on chercherait en vain dans ce qui est maintenant le fonds ancien de la bibliothèque des ouvrages littéraires, de la philosophie ou des ouvrages de religion. Clouet s’est même abstenu de choisir des ouvrages d’astronomie… Mais il a certainement constitué un fonds aussi exhaustif que possible à la fin du XVIIIe siècle sur les nouvelles disciplines scientifiques que sont la minéralogie et la géologie.

6Les premières listes sont significatives, dans leur organisation de la place accordée à chaque discipline ou ensemble de discipline. Ainsi, à l’École des mines, la minéralogie est la discipline principale, la physique et la chimie sont des sous-ensembles des mathématiques, alors que la grammaire est quasi inexistante. Il convient aussi de noter que dès l’origine, la bibliothèque a fait une place non négligeable aux ouvrages étrangers, en particulier allemands, ce qui n’est guère étonnant pour la littérature sur les mines. Au long du XIXe siècle, d’autres langues feront leur apparition : anglais, italien, espagnol, russe, mais toujours sur des sujets traitant peu ou prou de mines, de minéralogie ou de géologie.

  • 2  Bibliothèque de l’École nationale supérieure des mines de Paris : catalogue, 2 vol. , Paris, Impri (...)
  • 3  Pour une étude comparative des catalogues de l’École des mines et de l’École polytechnique au XIXe(...)

7Le catalogue imprimé 2, publié en deux volumes en 1899-1900, recense et identifie environ 30000 titres. Il formalise assez précisément la répartition en disciplines. Le premier volume est consacré aux sciences exactes, avec les mathématiques, la physique, la minéralogie et la géologie – laquelle se taille la part du lion avec plus de 25 % du fonds. Le second volume est dédié aux sciences appliquées, avec la métallurgie, les machines, les chemins de fer – qui forment une discipline à eux seuls – mais aussi la statistique et les expositions industrielles. Dans ce second volume, on remarque une rubrique « commerce » qui intègre l’économie politique, la sociologie, les finances et le budget. La littérature et la grammaire représentent à peine 1 % de la totalité du fonds, ce qui montre bien la permanence d’une approche utilitaire voulue par les pères fondateurs, François Pierre Nicolas Gillet de Laumont, Antoine-Marie Lefevre d’Hellencourt et Claude-Hugues Lelièvre : la culture générale et le délassement intellectuel ne font pas partie directement de l’enseignement ni de l’offre de la bibliothèque 3.

Les périodiques

8Il est remarquable de constater aussi la place des périodiques dans les collections du XIXe siècle. Le catalogue imprimé de 1899 identifie 450 titres de périodiques. Certes, c’est relativement modeste, si l’on compare au nombre de périodiques scientifiques disponibles dans le monde à la veille du XXe siècle – de 8000 à 10000 selon les estimations – mais là encore, le choix est restreint à des périodiques spécialisés, en particulier en minéralogie et géologie. Comme pour les ouvrages, les acquisitions de périodiques, que ce soit par don, par échange ou par abonnement, sont sélectives et ne concernent que les disciplines enseignées à l’École. La couverture internationale n’est pas négligeable, puisque 50 % des titres sont des titres étrangers, avec déjà en 1899, une prédominance de l’anglais, qui représente 30 % des titres au détriment de l’allemand, avec 12 % des titres.

9Les collections de la bibliothèque – si elles sont, comme on peut le croire, un fidèle reflet de l’enseignement dispensé à l’École des mines – témoignent au long du XIXe siècle d’un enseignement scientifique spécialisé, orienté fortement vers les mines et la métallurgie. L’élargissement disciplinaire, sociologie, économie, législation…, s’explique plus par la complexité de l’activité minière que par une volonté d’ouverture. De fait, l’histoire et l’analyse de l’enseignement de l’École des mines au XIXe siècle, vu ou non sous l’angle plus général de l’histoire de la mine, restent à faire.

Haut de page

Notes

1  Jean-Nicolas Brochin, Résumé des leçons de géologie (1795-1796), Bibliothèque de l’École des mines, fonds des manuscrits. La numérisation est visible sur le site Numix : http://numix.cerimes.fr

2  Bibliothèque de l’École nationale supérieure des mines de Paris : catalogue, 2 vol. , Paris, Imprimerie nationale, 1899-1900.

3  Pour une étude comparative des catalogues de l’École des mines et de l’École polytechnique au XIXe siècle, voir : Francine Masson « Per piacer di porle in lista », Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, 2001. Version électronique sur le site du Bulletin des bibliothèques de France : http://bbf.enssib.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Masson, « La bibliothèque del’École des mines de Paris comme source de (re)connaissance d’un enseignement », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 16 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 04 octobre 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://dht.revues.org/649

Haut de page

Auteur

Francine Masson

Bibliothèque de l’École des Mines

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page