Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Olivier Weller, Alexa Dufraisse, Pierre Petrequin éd., Sel, eau et forêt d’hier à aujourd’hui

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, Cahiers de la Mshe Ledoux, 2008, 580 pages.
André Guillerme
p. 233-234
Référence(s) :

Olivier Weller, Alexa Dufraisse, Pierre Petrequin éd., Sel, eau et forêt d’hier à aujourd’hui, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, Cahiers de la Mshe Ledoux, 2008, 580 pages.

Texte intégral

1Cette somme recueille les actes du colloque commémorant le bicentenaire de la mort de Claude-Nicolas Ledoux, du 3 au 5 octobre 2006 à Arc-et-Senans : vingt-quatre lectures impressionnantes – plus de cinq cents références bibliographiques – et sensationnelles. Le propos est évidemment le sel et ses modes de distillation, « une histoire culturelle et comparée des productions salicoles » (p. 11). Œuvre de reconstitution de la culture technique à bien des égards perdue, de belles et beaux mémoires archéologiques, ethnologiques, écrits – trois communications érudites et complémentaires sur le sel dans la littérature de l’Antiquité gréco-romaine (pp. 339-380) – emmènent le lecteur au Mexique, en Chine, en Anatolie, en Europe – Cornouaille britannique, Galice, Andalousie, Pologne – et d’abord en France – Bretagne, Jura, Provence, Bourgogne, Languedoc et Roussillon. Long voyage technique durant lequel on invente les contenants, on analyse les méthodes de cristallisation par trempage, par le feu, par évaporation, par lixiviation, on tente de saisir les transferts ou les acculturations techniques. Les XIXe et XXe siècles à Arc-et-Senans clôturent ce tour du monde anthropique.

2La question sociale est constamment soulevée – famille exploitante ou communauté, hiérarchie ou oligarchie, sacralité ou vulgarité ? L’économie paraît très variable d’une contrée ou d’une époque à l’autre : dans l’Europe de l’ouest elle se manifeste par des concentrations de richesse dans des villages fortifiés dès la fin du néolithique (p. 274).

3L’ouvrage commence par la saline de Chimane sise dans le piémont bolivien. Entre mythes et histoires, la brillante contribution analyse les « dits du sel » – mo’dye Jicoj (p. 25) – de cette ethnie amérindienne dont le péché originel, une transgression sexuelle, transforme les cristaux de sel en eau-mère qui coule de source, liquide amniotique du « sel » parturiant qu’il faut cuire dans des marmites en terre cuite pour en nourrir les communautés. Origines mythiques du sel qu’on retrouve encore au Mexique (pp. 99-117 et 118-142). Ces sources naturelles ne sont pas toujours abandonnées au profit de la production industrielle : on y pérégrine pour les valeurs divines, on les puise pour conserver localement les aliments les plus fragiles, pour nourrir le bétail ou le gibier alentour. En Moldavie, en Bolivie, en Guinée, la modernité est aussi là : les salifères sont aujourd’hui entourés de bouteilles de Coca et de bidons en plastique.

4Le sel est divin. Ce n’est pas seulement un « banal » complément alimentaire (chlorure de sodium) extrait de source, de mer, de terre (gemme) ou de pierre (salpêtre, salse petrus), c’est d’abord un minéral dont les usages couvrent l’ensemble des activités humaines : artisanales, culinaires, guerrières, médicales. Sa haute valeur ajoutée en a même fait une monnaie d’échange (un kilo de sel vaut deux à trois de blé ou quatre à cinq de maïs) en Moldavie (p. 68) et dans l’Afrique sahélienne. Rappelons que l’halotechnie – « fabrication des sels en grand » ou « art des affinités » – est la discipline chimique que Lavoisier met au rang des grandes découvertes de l’humanité et que la fin du XVIIIe siècle industrialise pour faire et raffiner la poudre à canon, l’alun, la céruse, le sucre, les divers sulfates, nitrates, chlorates, carbonates.

5Au Bénin et en Guinée (pp. 73-98) on exploite les terres salées : la saumure monte par capillarité et se concentre dans la couche superficielle du sol à la saison sèche. On la gratte à la houe, la pâte est lessivée à l’eau de mer qui augmente ainsi la concentration, puis chauffée et écumée. Cette lixiviation exige une très grande attention, un savoir et une dextérité longuement acquis pour maintenir la concentration, saisir le point de saturation ou pour éviter la brusque cristallisation. Ce chapitre précis montre aussi la renaissance des salines du Bénin – qui périclitaient faute de combustible – par l’usage de l’énergie solaire que pratiquent les paludiers de Guérande : un transfert de technologie très réussi puisqu’il a relancé l’exploitation.

6Un regret : la forêt mentionnée dans le titre reste très peu fréquentée par les conférenciers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Guillerme, « Olivier Weller, Alexa Dufraisse, Pierre Petrequin éd., Sel, eau et forêt d’hier à aujourd’hui », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 17 | 1er semestre 2009, mis en ligne le 28 septembre 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://dht.revues.org/626

Haut de page

Auteur

André Guillerme

CDHTE-Cnam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page