Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sophie A. de Beaune éd., Chasseurs-cueilleurs. Comment vivaient nos ancêtres du Paléolithique supérieur. Méthodes d’analyse et d’interprétation en Préhistoire

Paris, CNRS, 2007, 294 pages.
André Guillerme
p. 229-230
Référence(s) :

Sophie A. de Beaune éd., Chasseurs-cueilleurs. Comment vivaient nos ancêtres du Paléolithique supérieur. Méthodes d’analyse et d’interprétation en Préhistoire, Paris, CNRS, 2007, 294 pages.

Texte intégral

1Extrait d’un colloque tenu à Lyon en mars 2005, piloté par Sophie Archambault de Beaune, cet ouvrage de concertation entre une bonne trentaine de chercheurs « réfléchit au sens de la démarche du préhistorien » (p. 8) et élabore, dans la voie tracée par André Leroi-Gourhan, une heuristique du quotidien, de la technique - « geste et outil organisés en chaîne par une véritable synthèse ». Comment - avec la forte accumulation des connaissances paléolithiques qui depuis une quarantaine d’années fournit de nombreuses monographies topographiques (parcellaires et terre-à-terre donc) - traduire « la réalité du vestige archéologique ? Comment élaborer un modèle comportemental à partir de vestiges ? » (p. 9). Comment passer de l’invention - au sens premier - à la restitution originaire plus qu’originale ? Comment interpréter ? Que peut restituer du quotidien paléolithique le préhistorien ?

2L’ouvrage est solide : près de 350 références bibliographiques étayent le propos. Loin de se plier à l’explication ethnologique qui enchante le grand public (p. 84), il reste très près de la fouille et cherche à mettre en valeur son environnement contemporain pour y saisir les mouvements, les bruissements, les cheminements, reconstituer les temporalités du geste, du pas. On y trouve enfin la « saison » comme période clé de l’explication sociale : période effacée de l’Histoire, jugée insipide et inopérante comparée à l’année. La saison se révèle pourtant fondamentale dans les rythmes urbains jusqu’au XXe siècle ; elle l’est plus encore pour les campagnes. Une temporalité que l’ouvrage a le grand mérite de réhabiliter. Autres termes réhabilités : « proximité » et « variabilité » des espaces quotidiens, des objets, des attitudes.

3Un autre mérite de Chasseurs-cueilleurs est l’approche pluridisciplinaire des préhistoriens. Elle ne reste pas formelle comme souvent en histoire des techniques, mais fait participer activement et en même temps ethno-archéologie, « ethnologie, archéozoologie, sclérochronologie, biologie, éthologie animale, circulation des matières premières, implantation des habitats, étude environnementale, paléo-paysage » (p. 114). Pour « expliquer la variabilité du témoin archéologique, pour construire une méthodologie » (p.149), pour déceler le moindre mouvement immatériel - rites, gestes, paroles - qui a contribué à tracer l’objet déposé et redécouvert, la multiplicité des regards est jugée fondamentale ; elle forme une matrice multidimensionnelle qu’on désigne en topologie par hypergraphe.

4Le débat paléolithique de l’ouvrage concerne la « dé-projection » ethnologique sur la préhistoire. L’ethnologie est un outil qui s’est tant usé pour interpréter les restes archéologiques du chasseur et du cueilleur qu’elle en est devenue une littérature romancée, imaginative. Brian Hayden montre qu’il n’y a pas à distinguer forcément entre chasseur et cueilleur, qu’ils forment dans l’ouest eurasien des sociétés complexes, que peut-être à la belle saison on privilégie la chasse et la récolte à mi-saison, que la topographie peut aider à rabattre le gibier comme à semer pour récolter. Les objets de prestige sont-ils destinés à « l’ostentation publique » (p. 203) ou bien participent-ils à la démonstration des inégalités socio-économiques voire politiques ? Nous voilà devant La société contre l’État de Pierre Clastre qu’il faut lire et relire pour l’arc face au panier...

5Parmi les objets inventés dans ce beau livre, l’os est tout particulièrement appréhendé par les archéologues : un grand colloque lui a déjà été consacré à l’abbaye de Sénanque en 1974. L’os est un équipement domestique taillé, poli, percé, ficelé ; une parure, une arme, un outil ; pour lisser les peaux, retoucher les tranchants en pierre, lier les cheveux et les vêtements. Il a concentré tous les savoirs techniques. Il est comme la Culture selon Malraux, « ce qui reste quand on a tout oublié ». Une centaine de pages tentent de deviner sa consommation - on en suce la moelle - et ses usages. L’os est avec la corne le seul matériau organique qui a pu résister au temps, mais pas à l’homme : rappelons que le début du XIXe siècle a vu le pillage systématique des gisements pour broyer, torréfier les os, en extraire la gélatine et en faire du « noir animal », matière alors très recherchée pour filtrer l’argent dans les cendres d’orfèvre, clarifier l’eau de boisson, raffiner la mélasse du sucre de betterave et phosphater les terres maraîchères périurbaines. On se rappelle une soupe d’os de dinosaure que le préfet du Bas-Rhin, vers 1810, trouva délicieuse …

6Autres objets entourés de gestes et de sens et de sensations, la pierre, le galet, le caillou qu’on travaille, qu’on frotte, qu’on orne. Comment sont les usages ? Qui est l’artiste ? Faut-il distinguer pierre et caillou comme le fait Buffon et l’Encyclopédie de Diderot ? Sont-ils des matières vivantes, comme les coquillages ? Épanouissement de représentations seulement symboliques ? On suggère que la grotte ornée est fondamentalement un espace social, un espace économique et un espace public (commun) : une caverne participante selon la formule d’André Leroi-Gourhan.

7En somme, une excellente synthèse de préhistoire des techniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Guillerme, « Sophie A. de Beaune éd., Chasseurs-cueilleurs. Comment vivaient nos ancêtres du Paléolithique supérieur. Méthodes d’analyse et d’interprétation en Préhistoire », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 17 | 1er semestre 2009, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://dht.revues.org/578

Haut de page

Auteur

André Guillerme

CDHTE-Cnam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page