Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sophie A. de Beaune, Pour une archéologie du geste. Broyer, moudre, piler. Des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs

Paris, Cnrs Éditions, 2000, 235 pages.
Narjys El Alaoui
p. 226-227
Référence(s) :

Sophie A. de Beaune, Pour une archéologie du geste. Broyer, moudre, piler. Des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs, Paris, Cnrs Éditions, 2000, 235 pages.

Texte intégral

1Que savons-nous du très lointain passé de notre culture matérielle hors le matériel peu corruptible abandonné à l’archéologie ? Objets peu élaborés ou non façonnés telle est l’énigme que Sophie A. de Beaune suggère de mettre en lumière à partir de vestiges archéologiques modifiés en les soumettant à l’analyse techno-typologique. S’appuyant sur les précieuses traces d’impact et de leur emplacement sur l’objet lithique (parce que l’homme laisse nécessairement des traces) qui éludent leur fonction - écaler, concasser, casser, écraser, éclater la matière travaillée -, Sophie A. de Beaune propose une typologie des outils prélevés dans un contexte circonscrit à des activités techniques dont certaines à une activité technique que l’on croyait être le fait exclusif de nos ancêtres du Néolithique.

2S’inspirant des travaux de ses prédécesseurs (Pitt Rivers, Leroi-Gourhan, Gille, Sigaut) et des ethnologues (Laming-Emperaire, Moura et Prous, Roux) l’auteur apporte un éclairage sur l’action technique, qui révèle à la fois des activités spécialisées et des outils similaires utilisés par nos contemporains actifs. Pour appréhender ce classement, le construire et lui donner sens, Sophie A. de Beaune convie au décloisonnement des sciences de l’humain pour nous interroger sur la pérennité de certains outils (percuteurs, lissoirs, meules, broyeurs). On admet que les archéologues ont su mettre en place une dynamique pour comprendre notre passé ; en revanche, l’observation de l’action technique des populations contemporaines (modes de vie sédentaire ou nomade) et l’intérêt pour la culture matérielle reste paradoxalement négligée par la majorité des ethnologues de terrain.

3Depuis le Paléolithique et jusqu’aux travaux des ethnologues, et c’est là un immense mérite de son ouvrage, l’auteur s’interroge sur la fonction et l’usage pluriels des pierres et des galets utiles, des stades de leurs utilisations, du geste technique adéquat qui trans-forme à travers l’outil (imputable ou non à l’humain) la nécessité en réalité, la graine sauvage ou cultivée en mouture. Quid de l’intention qui précède l’action technique ? Cette intention première qui va transmuer la pierre en outil, si elle échappe à l’interprétation archéologique, a souvent été ignorée des anthropologues observateurs de l’action technique.

4En quête d’ordonnancement chronologique des innovations techniques, on peut admettre que le maillon défaillant entraîne l’échec d’un système technique lorsque le milieu est fermé sur lui-même (distance, évitement ou méconnaissance des groupes voisins entre eux, par exemple) c’est-à-dire « indifférent » aux activités matérielles en progrès des voisins pour des raisons qui restent à éluder. Mais si l’on admettait la créativité technique comme nécessité impérative à la dynamique d’un système en action, l’autarcie ne pourrait être pensée qu’en termes d’exception.

5Parmi les conditions d’application énoncées et responsables de l’abandon d’une technique et de l’outillage, la géographie et les conditions contextuelles (sécheresse, épidémies, conflits, etc.) peuvent être décisives quant à la « réticence » au changement technique (mécanisation dans un paysage en terrasse, par exemple) ou à l’abandon définitif du milieu technique par les acteurs, qui implique un changement radical (exode, par exemple) des savoirs et savoir-faire techniques. Dans un système technique donné, l’adhésion du groupe, ou de ses éléments statutairement reconnus, au changement est une triple affaire de nécessité biologique (se nourrir, s’abriter, se vêtir), de représentativité cosmogonique, d’intention qui induit le résultat.

6Car pourquoi tailler des galets alors que la nature nous pourvoit par la diversité et les formes des matériaux érodés ? Pourquoi inventer l’outil plutôt que de le cueillir lorsque sa forme est adaptée à la main et conforme au résultat technique attendu ? Pourquoi la pénibilité ? Partout dans le monde certaines populations (femmes notamment) concassent, écalent et broient à l’aide de pierres non taillées ; les artisans et les artistes aussi utilisent aujourd’hui encore des outils bruts en pierre, en os, en végétal. Ainsi la pierre brute ou travaillée va révéler, au fil de l’ouvrage, la tentante thèse situationniste où passé et présent se conjuguent pour questionner la temporalité mentale de cultures physiquement éloignées les unes des autres.

7L’usage de l’outil lithique et le geste se poursuivent chez nos contemporains, accompagnés par la parole et la cadence. Et si le geste technique de nos lointains ancêtres, lié au broyage, à la mouture et au pilage était féminin, tel qu’observé in situ par les ethnologues ? Comment alors penser l’évolution des outils dans un contexte anthropologique où l’outil non taillé voisine avec des outils plus élaborés ? Autrement dit, qu’est-ce qui commande le choix d’un outil dans une même intention de résultat ?

8Question d’espèce ? De genre ? Mettant en place un stratagème scientifique élaboré, l’ouvrage de Sophie A. de Beaune stimule notre curiosité, rappelant qu’une belle moisson de curiosa est attendue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Narjys El Alaoui, « Sophie A. de Beaune, Pour une archéologie du geste. Broyer, moudre, piler. Des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 17 | 1er semestre 2009, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://dht.revues.org/574

Haut de page

Auteur

Narjys El Alaoui

Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page