Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jung Hae-yiong, Shin Young-hee, Pack Sung-rae, Histoire des sciences en BD

Paris, Casterman, 2007-2010, 8 vol.
André Guillerme
p. 249-250
Référence(s) :

Jung Hae-Yiong, Shin Young-Hee, Pack Sung-Rae, Histoire des sciences en BD, Paris, Casterman, 2007-2010, 8 vol

Texte intégral

1Publié en 2005 en Corée du Sud, l’ouvrage, formé de huit volumes, est supervisé par le président de l’association coréenne pour l’histoire des sciences, écrit par une philosophe journaliste et dessiné par une passionnée de science. Il vise les élèves des écoles primaires et des collèges. Le dessin est agréable et stylisé façon manga, les cases pleines, néanmoins les phylactères occupent beaucoup de place. L’idée est excellente : pour intéresser le jeune public à l’histoire et à la promotion des sciences, autant se servir de son médium favori, la bande dessinée. La BD est un cours : la maîtresse enseignante est présente, vêtue selon l’époque et prend souvent le dessin comme écran, elle est de face ou de profil, placée entre le fond dessiné et le lecteur qui est parfois dissipé. Beaucoup de fenêtres figurent un dialogue entre le savant interpellé et un jeune sans âge.

2Cependant, le résultat est assez banal. La science est réduite aux héros. On a ainsi une galerie de portraits peu ressemblants à ceux que nous ont légués les sculpteurs — Tartaglia pourrait être doté d’une cicatrice rappelant la soldatesque françoise — dont seul le couvre-chef suggère l’époque. Ni politique, ni social, ni culturel, ni artistique : on reste dans une histoire à la Maurice Daumas, positive, linéaire, sans références contextuelles. « Les progrès techniques » (3, p. 76-100) sont ringards : « vers le XIIe siècle, le moulin à vent est apparu. Il est vite devenu indispensable »… « Finalement il y a un vrai décalage entre la théorie et la pratique dans le domaine technique » ! « La technologie du XVIIe siècle » est bouclée en quatre pages

3Notons le point de vue très original, coréen, qui relativise beaucoup la science occidentale — que les auteurs limitent aux quatre derniers siècles, celle de la science expérimentale. Une part importante des trois premiers tomes — 1, de l’âge de pierre à la Grèce antique ; 2, des Romains au Moyen âge ; 3, Moyen âge et Renaissance — est attribuée à la Chine, à l’Inde — « La voie de la science spirituelle » — et à l’Islam « où l’on préserve la tradition et l’on approfondit l’étude ». Invention du zéro, chiffres, instruments, biologie « de l’Islam », diffusions des découvertes. Tout est vite présenté mais les portraits figurent : Avicenne, Hunain Ibn-Ishaq, Ibn Wahshiyya, Al Farasi, Rahzès, Ibn Al-quff, Aboulcassis, Al Masudi, Al Biruni, Al Khwarizmi, Al Samawal, « à l’évidence, l’apport des savants de l’Islam dans le domaine des mathématiques a été primordial » (2, p. 177). Décidément, ce regard nous rend plus modestes.

4Mais à mesure qu’on avance dans le temps, qu’on s’attarde dans le XVIIe siècle (tome 4) en compagnie de Simon Stévin, Galileo Galilée, Isaac Newton, que l’on dépasse les Lumières, que l’on erre dans le XIXe siècle et que s’épanouit le XXe, on distingue bien peu de savants francophones : quelques pages en compagnie de Blaise Pascal, de Pierre de Fermat et plus tard de Louis Pasteur, mais rien sur notre héros sacrifié et si familier, Antoine-Laurent Lavoisier. Beaucoup de pages sur Harvey, Van Helmont, Boyle, Becher, Cassini, Priestley, Stahl et le phlogistique. Rien sur d’Alembert et la résistance des fluides, Joseph Fourier et les séries, Jean-Louis Poiseuille et la viscosité, mais quelques pages sur Thomas Young, Boyle, Newton, Morgagni, Hooke, Van Loeuwenhoek. Les savants engagés ? Les savants industriels ? Les sciences appliquées aux techniques ? La technique et la technologie ? La guerre ? Peu ou point. Quel dommage : on en est resté aux récits de l’oncle Barnabé dans le Journal de Tintin des années 1960. La principale source est une ancienne History of Science, de ces mêmes années, probablement celle de Georges Sarton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Guillerme, « Jung Hae-yiong, Shin Young-hee, Pack Sung-rae, Histoire des sciences en BD », Documents pour l'histoire des techniques [En ligne], 20 | 2e semestre 2011, mis en ligne le 03 octobre 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://dht.revues.org/1875

Haut de page

Auteur

André Guillerme

CDHTE – Cnam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page