Navigation – Plan du site
Textes et Documents

La genèse de la technologie comparée chez André Leroi-Gourhan. Introduction à son article « L’homme et la nature » paru dans L’Encyclopédie française en 1936

The genesis of André Leroi-Gourhan’s comparative technology. An introduction to his article « L’homme et la nature » published in L’Encyclopédie française in 1936
Sophie A. de Beaune
p. 197-223

Résumés

L’article de André Leroi-Gourhan « L’homme et la nature », paru dans L’Encyclopédie française en 1936, est un écrit de jeunesse qui date de l’époque où il faisait partie de la bande de bénévoles chargée de réorganiser le vieux musée du Trocadéro en vue de la constitution du nouveau Musée de l’Homme. On y trouve sa classification des techniques à partir de l’action mécanique exercée sur la matière, dont les grands principes ne changeront guère par la suite. La notion de « tendance » qu’il ne formalisera que par la suite y est déjà en germe. Ce texte constitue un document éclairant les premières années intellectuelles de Leroi-Gourhan et tout particulièrement sa période « technologique ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Sophie A. de Beaune et Sandra Vaillant, « De l’exposition universelle de Lyon de 1894 à l’universi (...)

1Lorsque j’ai été élue à la chaire de professeur de préhistoire à l’Université Jean Moulin Lyon 3 en 2002, j’eus la surprise de trouver, dans la salle de cours qui me tenait lieu de bureau, plusieurs armoires pleines d’objets ethnographiques. Ils provenaient des collections du musée colonial de la Chambre de Commerce de Lyon et avaient été offerts à l’université de Lyon en 1947, à l’époque où André Leroi-Gourhan y enseignait l’ethnologie coloniale. L’étude de cette collection a fait l’objet de plusieurs mémoires d’étudiants et son histoire sera prochainement publiée1.

2Mon élection à Lyon me rendait dépositaire de la collection du « Patron », comme l’appelaient affectueusement ses disciples. Elle revêtait une signification particulière pour moi car j’avais été formée à son école et je l’avais un peu connu dans les dernières années de sa vie.

3Outre ces objets, plusieurs étagères d’ouvrages plus ou moins récents occupaient tout un pan de la salle. Parmi eux, se trouvait un exemplaire du Tome VII de L’Espèce humaine, peut-être l’exemplaire personnel d’André Leroi-Gourhan qu’il aurait oublié lors de son élection à la chaire d’Ethnologie de la Sorbonne à la mort de Marcel Griaule en 1956.

  • 2  Pour une présentation générale de l’entreprise de l’Encyclopédie française, voir Eric Brian et Mar (...)

4Formule originale de présentation du savoir, L’Encyclopédie française est née dans le Paris des années 1930. C’est en juillet 1932 que le ministre de l’Éducation nationale, Anatole de Monzie, stimulé par les encyclopédies existant à l’étranger, en particulier en Italie et en Union soviétique, décide la création d’une nouvelle encyclopédie. Cet intérêt pour l’idée encyclopédique se traduit aussi en mai et juin 1932 par la tenue à la Bibliothèque nationale d’une exposition intitulée L’Encyclopédie et les encyclopédistes et organisée par le Centre international de synthèse. La direction scientifique du projet de L’Encyclopédie française est assurée par Lucien Febvre, fondateur avec Marc Bloch, de la revue Annales en 1929 et alors sur le point de rentrer au Collège de France. En outre, Lucien Febvre est précisément l’un des piliers du Centre international de synthèse et l’un des artisans de sa collection encyclopédique L’évolution de l’humanité2. Febvre sera l’un des créateurs, en 1947, de la vie section de l’École Pratique des Hautes Études qui deviendra, en 1975, l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

5Rien dans les projets initiaux ne semble distinguer cette encyclopédie de ses aînées : ordre alphabétique, classification générale des sciences, scientisme diffus destiné à remédier à la dispersion des esprits. C’est Lucien Febvre qui donne au projet toute son originalité en concevant une encyclopédie dont le plan n’est ni alphabétique, ni subordonné à une classification des sciences, ni même thématique. Cette encyclopédie procède par association de thèmes. Autre ambition de taille : l’ouvrage veut résister à l’érosion du temps grâce à un système de feuillets mobiles permettant des mises à jour perpétuelles.

6L’encyclopédie, qui a paru entre 1935 et 1966, comporte vingt tomes établis selon le plan suivant :

  • I. L’outillage mental. Pensée, langage, mathématique.

  • II. La physique.

  • III. Le Ciel et la Terre.

  • IV. La vie.

  • V. Les êtres vivants.

  • VI. L’être humain.

  • VII. L’espèce humaine.

  • VIII. La vie mentale.

  • IX. L’univers économique et social.

  • X. L’état moderne, aménagement et crise.

  • XI. La vie internationale.

  • XII. Chimie. Science et industries.

  • XIII. Industrie. Agriculture.

  • XIV. La civilisation quotidienne.

  • XV. Éducation et instruction.

  • XVI. Arts et littératures dans la société contemporaine : Matériaux et techniques.

  • XVII. Arts et littératures dans la société contemporaine : Œuvres et interprétations.

  • XVIII. La civilisation écrite.

  • XIX. Philosophie. Religion.

  • XX. Le monde en devenir (histoire, évolution, prospective).

  • 3  Maurice Halbwachs et Alfred Sauvy, Le point de vue du nombre, 2005 [1936].

7Connue pendant longtemps de quelques rares spécialistes de l’histoire intellectuelle du XXe siècle, L’Encyclopédie française suscite aujourd’hui un regain d’intérêt, comme en témoigne, par exemple, la réédition en 2005 du texte de Maurice Halbwachs et Alfred Sauvy, Le point de vue du nombre, qui constitue la troisième partie du Tome VII de L’Encyclopédie3.

  • 4  Lucien Febvre, « Avant-propos », dans L. Febvre dir., Encyclopédie française, t. VII, L’Espèce hum (...)

8Le Tome VII consacré à L’Espèce humaine, paru en 1936, a été dirigé par Paul Rivet, alors directeur du musée d’Ethnographie du Trocadéro. L’avant-propos de Lucien Febvre, rédigé en avril 1936 et qui paraît en mai, soit quelques mois après la victoire du Front populaire, évoque les tentatives de ceux « à l’ignorance encyclopédique » qui « prétendent modifier à leur gré la composition physique des millions d’hommes qu’ils régissent ». L’Encyclopédie est donc bien dans l’histoire et entend jouer un rôle civilisateur, expulsant la notion de « race » dont « se réclament les pauvres théories d’un Gobineau » et dont la réintroduction « serait pour nous, Français, une régression mentale ». Son but affiché est de faire une présentation des grands groupes humains connus qui peuplent la Terre, tant sous l’aspect biologique que social. Dégager des vues d’ensemble qui seraient en quelque sorte des « lois de l’Espèce », suppose le recours à des méthodes qui ne peuvent être que statistiques4.

  • 5  Eric Brian et Marie Jaisson, op. cit. p. 14.

9Éric Brian et Marie Jaisson montrent comment le projet de l’Encyclopédie a évolué depuis le début des années 1930 où, « impulsé et piloté par un ministre radical-socialiste soucieux d’entente internationale et désireux de donner un élan politique nouveau conforme aux attentes de ceux qui avaient combattu pendant la Grande guerre », il était « quelque peu sensible aux sirènes fascistes » ; et comment il est devenu, tout particulièrement avec le volume VII, « une œuvre de synthèse et de mise au point scientifique destinée à former le jugement d’un “public” soumis à une conjoncture politique toujours plus alarmante. »5

  • 6  Table des matières de la première partie du Tome VII :
  • 7  André Leroi-Gourhan, « L’homme et la nature », pp. 10-3 à 10-16, et pp. 12-1 à 12-4 [pages reprodu (...)
  • 8  Charles Parain, La Méditerranée. Les hommes et leurs travaux, Paris, Gallimard, coll. « Géographie (...)

10 La 1ère partie intitulée « L’Humanité d’aujourd’hui. Activités, domaines, aspects » comprend deux sections. La section A traite des formes élémentaires de l’activité humaine et est divisée en trois chapitres – L’homme et la nature, la structure sociale, l’homme et le surnaturel. Le texte que nous reproduisons ici est le chapitre I « L’homme et la nature ». La section B, « Les groupes humains sur la terre », rassemble plusieurs chapitres6 auxquels André Leroi-Gourhan a partiellement participé, en particulier sur l’Europe, le pôle Nord et l’Asie7. Il est remarquable de constater que la collection Géographie humaine, créée chez Gallimard en 1933, et qui faisait quelque peu concurrence à l’Encyclopédie, du moins dans le domaine des sciences humaines, a vu paraître en 1936, c’est-à-dire la même année que le Tome VII de l’Encyclopédie, deux ouvrages – l’un de Charles Parain, l’autre d’André Leroi-Gourhan8 – tous deux contributeurs de la 1ère partie de ce même Tome VII. On voit que l’horizon intellectuel était commun à l’ensemble de ces publications, y compris de la collection L’Évolution de l’humanité dirigée par Henri Berr chez Albin Michel.

11Pour comprendre la place de cet écrit de jeunesse dans l’œuvre d’André Leroi-Gourhan, il faut revenir sur la vie de cette figure paradoxale du XXe siècle. Paléontologue pour certains, ethnologue pour d’autres, ou encore préhistorien, anthropologue des techniques, géographe, André Leroi-Gourhan est en fait tout cela à la fois. Chercheur pluridisciplinaire lorsque ce terme n’existait pas encore, c’est pourtant un autodidacte qui a quitté l’école à 14 ans. Nous ne nous arrêterons ici que sur les premières années de sa vie intellectuelle et sur sa période « technologique ».

  • 9  Les détails biographiques retranscrits ici proviennent de plusieurs sources distinctes : trois num (...)

12André Leroi naît le 25 août 1911 à Paris9. En 1915, à la mort de son père, il est confié à sa grand-mère, Mme Gourhan, qui l’élève. À 14 ans, il occupe divers petits emplois dans la bonneterie et la librairie, mais passe ses heures de loisir au marché aux puces où il dépense son maigre pécule. Il commence une étonnante collection d’objets hétéroclites : crânes humains et animaux, objets en pierre et en métal d’Afrique et d’Amérique, poterie. Il consigne tous ses achats dans de petits carnets qu’il annote minutieusement. Il reprend le chemin de l’école à 18 ans et va suivre les cours de l’École d’Anthropologie de Paris où il s’initie à l’anthropologie physique. Il fréquente alors les cercles de Russes blancs réfugiés à Paris et s’inscrit à l’École des Langues Orientales d’où il ressort diplômé de russe à 20 ans, et de chinois à 22 ans. Il fréquente les séminaires de Paul Granet et de Marcel Mauss à l’EPHE et fait partie de la première génération d’étudiants qui passe le certificat d’ethnologie créé par Mauss et Paul Rivet, nouveau directeur du musée du Trocadéro, aux côtés de Marcel Griaule et Germaine Dieterlen.

  • 10  Le « Trocadéro » désignait le bâtiment situé juste en face de la tour Eiffel. Il était situé à l’e (...)

13De 1932 à 1935, il fait partie de la bande d’étudiants bénévoles qui s’attaque à la réorganisation du vieux musée d’Ethnographie du Trocadéro10 et à la constitution du nouveau Musée de l’Homme dans le Palais de Chaillot construit en 1937. Les travaux sont menés par Georges Henri Rivière, sous-directeur du musée, dont André Leroi-Gourhan admire beaucoup les conceptions muséographiques. Dès cette date, le décor est planté avec une quadruple formation en langues, linguistique, ethnologie, anthropologie biologique.

14C’est de cette époque que datent les premiers écrits d’André Leroi-Gourhan sur la technologie. Chargé de réorganiser la section Arctique du Musée du Trocadéro, il manipule les objets, les décrit, les met en fiches. C’est la raison pour laquelle il oriente son sujet de thèse sur l’Archéologie du Pacifique nord sous la direction de Marcel Mauss. Le texte que nous reproduisons ici fait partie de ses tout premiers écrits sur la technologie.

  • 11  André Leroi-Gourhan, L'Homme et la matière, Paris Albin Michel, 1943 et Milieu et Techniques, Pari (...)

15Ce texte est rétrospectivement tout à fait intéressant car il montre que la classification des techniques que André Leroi-Gourhan publiera par la suite dans la première de ses œuvres majeures, Évolution et Techniques (dont les deux volumes paraissent en 1943 et 194511), est déjà là, malgré quelques légers remaniements et perfectionnements postérieurs. Dès cette époque, et alors qu’il n’a que 24 ou 25 ans, il prend ses distances vis-à-vis de son professeur Marcel Mauss. S’il conserve bien la division tripartite des techniques proposée par Mauss – techniques générales, techniques spéciales, techniques pures – il propose une nouvelle division des techniques générales, imposées par « des considérations purement mécaniques ».

16Les techniques « spéciales » (alimentation, absorption, chasse, pêche, élevage, agriculture, vêtements, habitation, transports) et les techniques « pures » (techniques du corps, techniques de l’anormal, jeu, musique, science, décoration de l’individu, techniques de la figuration) sont regroupées en fin d’article sous forme de tableau. Il reprendra par la suite l’ensemble de la classification dans L’Homme et la matière et Milieu et techniques, où les « techniques générales » deviendront les techniques de fabrication, et les « techniques spéciales » se scinderont en deux grandes catégories, les techniques d’acquisition d’une part (chasse, pêche, élevage, agriculture, minéraux) et les techniques de consommation d’autre part (alimentation, vêtement, habitation). En revanche, il n’a pas cherché à reprendre la troisième catégorie de techniques dite « pures », certaines d’entre elles se recoupant avec ses propres catégories.

  • 12  André Leroi-Gourhan, Les racines du monde. Entretiens avec Claude-Henri Rocquet, Paris, Belfond, 1 (...)

17Dans l’article de L’Encyclopédie française, seule la première catégorie l’intéresse ; il se démarque de son maître et fonde sa propre classification à partir de l’action mécanique exercée sur la matière. Cette classification des modes d’action technique se fonde sur les propriétés physiques de la matière et sur les moyens mis en œuvre pour la transformer. Plus de 40 ans après cette première publication, André Leroi-Gourhan revient sur les principes de sa classification, qui n’ont plus guère changé par la suite : « L’ensemble technologique repose sur les solides (stables, semi-plastiques, plastiques…) et les percussions (posées, lancées, posées avec percuteur). Ce sont les matériaux et les moyens d’action sur la matière qui conditionnent tout le reste »12.

18Sa typologie des percussions – perpendiculaires, obliques, circulaires – est donc déjà en place en 1936, de même que celle des matières en solides stables de grande densité, solides stables de moyenne ou faible densité, solides stables de constitution fibreuse, solides semi-plastiques, solides souples, fluides. Il ne fera les années suivantes qu’affiner ces catégories mais ne les remettra plus en question. En croisant les modes d’action sur la matière et les différents matériaux, il replace les outils et les techniques correspondantes les un(e)s par rapport aux autres. En germe aussi, l’idée que, quel que soit le contexte culturel de l’outil et sa localisation géographique et chronologique, le résultat à atteindre et le besoin d’efficacité feront qu’un couteau agira sur la matière de la même manière, qu’il soit manipulé au Japon, chez les Eskimo ou en Afrique. C’est la fameuse notion de « tendance » qu’il ne formalisera que dans ses écrits postérieurs. André Leroi-Gourhan met ainsi le lecteur en face de l’évidence de la réalité, mais sa classification reste à ce stade purement mécanique et ne tient pas compte de la diversité que l’on observe de par le monde pour un même outil ou une même arme.

19Ce n’est que dans les années suivantes et grâce à l’observation de milliers d’objets techniques qu’il acquiert une vision plus large de l’objet sur lequel il travaille. En 1937, boursier du gouvernement japonais, il passe deux ans au Japon en compagnie de son épouse Arlette. Il y étudie les Aïnous et rassemble une vaste documentation qu’il exploitera à travers ses études de technologie pour les abandonner après guerre à la suite de l’interdiction de poursuivre toute recherche sur les ennemis de l’Axe vaincus. Dans les deux volumes d’Évolution et techniques parus en 1943 et 1945 (L’Homme et la matière et Milieu et techniques), André Leroi-Gourhan procède à une immense classification à partir de 40 000 fiches techniques. Il y indique cette fois, tantôt les diverses manières d’obtenir un résultat donné (percer un matériau par exemple), tantôt les divers résultats auxquels peut conduire une même action (une percussion posée diffuse qui permettra de moudre ou de polir, selon le matériau travaillé). Il gardera cependant toujours l’idée qu’il y a un socle incontournable, les propriétés physiques de la matière et les moyens mis en œuvre pour la transformer étant les mêmes partout. Ces propriétés physiques permettent de replacer les techniques les unes par rapport aux autres et donc de les ordonner.

  • 13 Pierre Lemonnier, Technological choices. Transformation in material cultures since the Neolithic, L (...)

20Pour expliquer la variabilité extrême d’un même outil, il forge les notions de « tendance » et de « degrés du fait ». La tendance résulte des conditions minimales et nécessaires pour qu’une action ait lieu, elle est finalement assimilable au déterminisme de la nature. Ainsi pour couper un arbre, l’homme aura « tendance », quel que soit son environnement naturel et culturel, à utiliser un outil du type hache ou herminette. Étant donné le carcan imposé par cette tendance, l’imagination des hommes n’a pu s’exercer que sur des aspects secondaires des modes d’action sur la matière. En d’autres termes, les « premiers degrés du fait » traduisent l’adéquation indispensable de la forme à la fonction ; les derniers traduisent la diversité « ethnique ». Selon cette logique, les choix « ethniques » ne concerneraient finalement que les caractéristiques non fonctionnelles des outils. Les techniques seraient donc constituées d’un équilibre entre des éléments dictés par un déterminisme – une sorte de noyau dur indispensable au bon fonctionnement – et d’autres plus arbitraires, détails fonctionnellement inutiles et plutôt d’ordre esthétique. On sait bien pourtant aujourd’hui que ces « détails » n’en sont guère car ils relèvent généralement d’un choix, conscient ou non, et parfois même d’une volonté de marquer sa différence ; ils ont à ce titre une véritable fonction sociale13.

  • 14  Sophie A. de Beaune, Pour une Archéologie du geste. Broyer, moudre, piler, des premiers chasseurs (...)

21André Leroi-Gourhan a ainsi mis en place un outil de comparaison qui permet d’observer la diversité et l’évolution des techniques et plus précisément la variété des réponses apportées à un même problème technique (comme couper un arbre par exemple). Cet inventaire raisonné permet de montrer comment les techniques illustrent des options, des combinaisons, des systèmes utilisant toujours de manière plus efficace les lois de la nature. Il qualifiait lui-même ses recherches de Technologie comparée. Sans nier la somme de connaissances que représentent ces deux volumes et la grande valeur heuristique de la méthode de classification qu’il a mise en place, et que j’ai du reste moi-même largement reprise ailleurs14, il faut tout de même noter qu’il existe là une faille dans le raisonnement d’André Leroi-Gourhan.

  • 15  André Leroi-Gourhan, « Sociétés primitives », dans Maurice Daumas, dir., Histoire générale des tec (...)
  • 16  André Leroi-Gourhan, Le Geste et la parole, Paris, Albin Michel, 2 vol. , 1964, II, pp. 56-57.

22Toute sa classification repose sur l’évidence d’une évolution cumulative des techniques. Il va ainsi de soi pour lui que tout objet technique a une forme parfaitement adaptée à sa fonction et qu’il ne peut que s’améliorer. André Leroi-Gourhan développait une conception cumulative de l’évolution des techniques et estimait que « les innovations apparaissent par addition d’opérations nouvelles sans que les séries anciennes qui servent de substrat soient abandonnées […] »15. Pour lui, le nombre d’actions possibles sur la matière étant limité, ce « fonds » une fois acquis, l’évolution n’avait plus qu’à se porter « sur les matières et le mouvement »16.

23Or, tout historien des techniques sait qu’il n’en est rien et que l’histoire des techniques est pleine d’erreurs, de ratés, de prototypes abandonnés, de retours en arrière. Les techniques inefficaces ou dangereuses finissent certes par être abandonnées et sont donc peu visibles, mais elles n’en constituent pas moins des étapes de l’histoire des techniques parfois indispensables à l’émergence d’une nouveauté. On peut ici dire qu’André Leroi-Gourhan a bel et bien été victime d’illusion rétrospective.

  • 17  André Leroi-Gourhan, Mécanique vivante : le crâne des vertébrés du poisson à l'homme, Paris, Fayar (...)

24André Leroi-Gourhan avait la volonté d’unir dans une même problématique le culturel et le biologique, pas seulement en raison de sa double formation en anthropologie physique et en ethnologie. Il avait le sentiment que les logiques déterministes régissant la nature s’appliquaient tout naturellement aux productions humaines. Il n’était pas très loin en cela de son maître Marcel Mauss et de son fameux « fait social total ». Il liait l’évolution technique des premiers homininés aux hommes modernes à leur évolution biologique. Il appréhendait la craniologie des vertébrés terrestres – sujet de sa thèse soutenue en 1954 mais qui ne fut publiée que 30 ans plus tard17 – exactement comme un problème d’équilibre mécanique.

  • 18  André Leroi-Gourhan dir., Dictionnaire de la préhistoire, Paris, PUF, 1998.

25André Leroi-Gourhan délaisse la technologie comparée vers les années 1965-1970 pour se consacrer à d’autres sujets de recherche – les techniques de fouille et l’art préhistorique. Il considère alors qu’il a dit ce qu’il avait à dire sur cette question et préfère laisser à d’autres – Robert Creswell, Hélène Balfet… – le soin de développer cette question. Il n’y reviendra plus par la suite, n’incluant même pas la notion de « chaîne opératoire », dont il avait pourtant lancé l’usage, dans le Dictionnaire de la préhistoire paru après sa mort survenue le 19 février 1986, mais dont il a suivi l’élaboration18.

Haut de page

Bibliographie

Sur André Leroi-Gourhan

Terrain, Carnets du Patrimoine ethnologique, Hommage à André Leroi-Gourhan, 1986, n° 7, pp. 61-76.

Bulletin de la Société préhistorique française, Hommage de la SPF à André Leroi-Gourhan, 1987, t. 84, n° 10-12, pp. 291-425.

Les Nouvelles de l’Archéologie, Un homme… une œuvre : André-Leroi-Gourhan, 1992, n° 48-49, pp. 5-54.

François Audouze et Nathan Schlanger dir., Autour de l’homme. Contexte et actualité d’André Leroi-Gourhan, Antibes, éd. APDCA, 2004.

Figures de 1 à 21

Haut de page

Notes

1  Sophie A. de Beaune et Sandra Vaillant, « De l’exposition universelle de Lyon de 1894 à l’université Jean Moulin : la collection lyonnaise d’ethnologie coloniale d’André Leroi-Gourhan », Anne-Laure Carré, Marie-Sophie Corcy, Christiane Demeulenaere-Douyère, Liliane Hilaire-Pérez éds., Les expositions universelles à Paris au XIXe siècle. Techniques, public, patrimoine, Paris, CNRS Éditions, coll. Alpha, 2012.

2  Pour une présentation générale de l’entreprise de l’Encyclopédie française, voir Eric Brian et Marie Jaisson, « Coup d’œil sur l’Encyclopédie française », dans Maurice Halbwachs et Alfred Sauvy, avec la collaboration de H. Ulmer et G. Bournier, Le point de vue du nombre, édition critique sous la direction de Marie Jaisson et Éric Brian, Paris, Institut national d’études démographiques [1e éd., dans Lucien Febvre dir., Encyclopédie française, t. VII, L’Espèce humaine, P. Rivet éd., Paris, Comité de l’Encyclopédie française éditeur, Librairie Larousse, Troisième partie], 2005, pp. 9-23.

3  Maurice Halbwachs et Alfred Sauvy, Le point de vue du nombre, 2005 [1936].

4  Lucien Febvre, « Avant-propos », dans L. Febvre dir., Encyclopédie française, t. VII, L’Espèce humaine, P. Rivet éd., Paris, Comité de l’Encyclopédie française éditeur, Librairie Larousse, 1936, pp. 04-3 - 04-12 ; pp. 7’04-12, 7’04-10 et 7’04-11 pour les citations.

5  Eric Brian et Marie Jaisson, op. cit. p. 14.

6  Table des matières de la première partie du Tome VII :

1ère partie. L’humanité d’aujourd’hui. Activités, domaines, aspects.

Section A. Formes élémentaires de l’activité humaine, soit 1 page.

Chapitre 1. L’homme et la nature, p. 7’10-3 à 7’10-16 et p. 7’12-1 à 7’12-4, soit 17 pages.

Chapitre 2. La structure sociale, p. 7’14-1 à 7’14-16, soit 16 pages.

Chapitre 3. L’homme et le surnaturel, p. 7’16-1 à 7’18-16, soit 24 pages.

Section B. Les peuples sur la terre, soit 1 page.

Chapitre 1. L’Europe, p. 7’24-2 à 7’24-18, soit 17 pages.

Chapitre 2. Autour du pôle Nord, p. 7’26-1 à 7’26-18, soit 18 pages.

Chapitre 3. En Asie, du Levant aux Indes, p. 7’28-1 à 7’28-18, soit 18 pages.

Chapitre 4. En Asie, les Extrêmes-orientaux, p. 7’30-1 à 7-30-18, soit 18 pages.

Chapitre 5. Océanie et Australie, p. 7’32-1 à 7-32-18, soit 18 pages.

Chapitre 6. En Afrique, p. 7’34 -1 à 7-34-18, soit 18 pages.

Chapitre 7. L’Afrique noire, p. 7’36-1 à 7-36-18, soit 18 pages.

Chapitre 8. En Amérique, p. 7’38-1 à 7-38-18, soit 18 pages.

Chapitre 9. L’Amérique du Sud, p. 7’40-1 à 7-40-18, soit 18 pages.

Chapitre 10. La langue des peuples, p. 7’42-1 à 7-42-4, soit 4 pages.

7  André Leroi-Gourhan, « L’homme et la nature », pp. 10-3 à 10-16, et pp. 12-1 à 12-4 [pages reproduites ici] ; « Les peuples sur la terre : en Europe », pp. 24-2 à 24-18 ; « Autour du Pôle nord » (en collaboration avec A. Lewitzky), pp. 26-1 à 26-18 ; « En Asie, du Levant aux Indes » (en collaboration avec C. Parain), pp. 28-1 à 28-18 ; « En Asie, les Extrêmes-Orientaux », pp. 30-1 à 30-18, dans L. Febvre dir., Encyclopédie française, t. VII, L’Espèce humaine, P. Rivet (éd)., Paris, Comité de l’Encyclopédie française éditeur, Librairie Larousse, 1936.

8  Charles Parain, La Méditerranée. Les hommes et leurs travaux, Paris, Gallimard, coll. « Géographie humaine », 1936 et André Leroi-Gourhan, La civilisation du renne, Paris, Gallimard, coll. « Géographie humaine », 1936.

9  Les détails biographiques retranscrits ici proviennent de plusieurs sources distinctes : trois numéros spéciaux que des revues ont consacrés à André Leroi-Gourhan peu après sa mort : Terrains, 1986 ; Bulletin de la Société préhistorique française, 1987 et Les Nouvelles de l’Archéologie, 1992, un ouvrage collectif dirigé par François Audouze et Nathan Schlanger (2004), ainsi qu’un ouvrage d’entretiens qu’il a accordés à Claude-Henri Rocquet en 1982.

10  Le « Trocadéro » désignait le bâtiment situé juste en face de la tour Eiffel. Il était situé à l’emplacement du Palais de Chaillot actuel qui abrite le Musée de l’Homme et avait été créé 50 ans plus tôt à l’occasion de l’Exposition universelle de 1878.

11  André Leroi-Gourhan, L'Homme et la matière, Paris Albin Michel, 1943 et Milieu et Techniques, Paris Albin Michel, 1945.

12  André Leroi-Gourhan, Les racines du monde. Entretiens avec Claude-Henri Rocquet, Paris, Belfond, 1982, p. 34.

13 Pierre Lemonnier, Technological choices. Transformation in material cultures since the Neolithic, London & New York, Routledge 1993.

14  Sophie A. de Beaune, Pour une Archéologie du geste. Broyer, moudre, piler, des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs, Paris, CNRS Éditions, 2000.

15  André Leroi-Gourhan, « Sociétés primitives », dans Maurice Daumas, dir., Histoire générale des techniques, t. I, Les Origines de la civilisation technique, Paris, Presses Universitaires de France, 1962, p. 18.

16  André Leroi-Gourhan, Le Geste et la parole, Paris, Albin Michel, 2 vol. , 1964, II, pp. 56-57.

17  André Leroi-Gourhan, Mécanique vivante : le crâne des vertébrés du poisson à l'homme, Paris, Fayard, 1982.

18  André Leroi-Gourhan dir., Dictionnaire de la préhistoire, Paris, PUF, 1998.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/1826/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie A. de Beaune, « La genèse de la technologie comparée chez André Leroi-Gourhan. Introduction à son article « L’homme et la nature » paru dans L’Encyclopédie française en 1936 », Documents pour l'histoire des techniques [En ligne], 20 | 2e semestre 2011, mis en ligne le 03 octobre 2012, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://dht.revues.org/1826

Haut de page

Auteur

Sophie A. de Beaune

Université Jean Moulin Lyon 3, UMR 7041 « Archéologie et Sciences de l’Antiquité », Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Tous droits réservés

Haut de page