Navigation – Plan du site
Dossier Thématique : la numérisation du patrimoine technique

Modélisation des documents numériques pour l'histoire des techniques : une perspective de recherche

Modelisation of digital documents for history of technology : a perspective of research
Sylvain Laubé
p. 37-41

Résumés

Partant de travaux de recherches menés à Brest dans les trois domaines suivants : l’histoire des techniques du port-arsenal de Brest, l’éducation et l’ingénierie des environnements informatiques pour l’apprentissage humain (EIAH), cette note aura pour objet d’expliciter les problèmes posés aux historiens par l’usage des TIC et en quoi cela se traduit par un nouvel axe de recherche dans l’équipe PaHST à l’Université de Brest. À partir du constat que l’on trouve aisément sur le web des sites dits « historiques » qui publient des images de synthèse, des animations 3D cinématiques, (et au travers de l’exemple du pont tournant de Brest construit dans la seconde moitié du XIXe siècle), deux aspects seront discutés : 1) l’historicité de ces images (qui implique une explicitation de la méthode historique à l’œuvre, associée à la publication des sources historiques ; 2) la nécessaire question de la modélisation de la « documentation numérique l’histoire des techniques » dans le cadre du développement du Web sémantique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple le site « Portail pour l’histoire des sciences et des techniques en France et en (...)
  • 2  Voir par exemple dans cet ouvrage les contributions de Michel Cotte, Florent Laroche et Stéphane S (...)
  • 3  Voir la contribution de Jean-Louis Kerouanton dans cet ouvrage.
  • 4  La recherche en éducation s’inscrit dans le cadre des activités du groupe ReForEHST : plates-forme (...)
  • 5  Voir par exemple : Sylvain Laubé, Serge Garlatti, Jean-Louis Tetchueng, « A scenario model based o (...)

1Comme le montre la thématique de ce numéro de Documents pour l’histoire des techniques, la production scientifique dans le domaine de l’histoire des sciences et des techniques se traduit par un fort développement du recours aux TIC (technologies de l’information et de la communication) : publi-cations de sources en ligne1, modélisations d’objets 3D cinématiques2, systèmes d’informations géographiques3, etc. Partant de travaux de recherches menés à Brest dans les trois domaines suivants : l’histoire des techniques du port-arsenal de Brest, l’éducation4, l’ingénierie des environnements informatiques pour l’apprentissage humain (EIAH)5, cette note aura pour objet d’expliciter les problèmes posés aux historiens par l’usage des TIC et dans quelle mesure cette pratique constitue en soi un axe de recherche, ainsi développé dans l’équipe PaHST à l’Université de Brest.

  • 6  Sylvain Laubé, « Histoire technique du port-arsenal de Brest : le pont tournant (1861-1944) et le (...)
  • 7  Pour le pont tournant, voir : www.brest3d.fr/pont.php ; pour la grue Gervaize : www.wiki-brest.net (...)

2Les recherches en cours en histoire des techniques concernent l’histoire du port-arsenal du XVIIe siècle à l’époque contemporaine au travers des ponts et des grues constituant le paysage portuaire brestois6. Le point de départ pour cette note est le constat que trois objets technologiques - le pont tournant de Recouvrance (1861-1944), la grue Gervaise et la grue à mâter (1681-1877) - ont fait l’objet de la publication d’images 3D dans différents contextes7. Au travers de l’exemple du pont tournant, deux aspects seront discutés : l’historicité de ces images qui implique l’explicitation de la méthode historique à l’œuvre associée à la publication des sources historiques et la nécessaire question de la modélisation de la documentation électronique du point de vue de l’histoire des techniques.

Un exemple de documents numériques (DN) pour l’histoire des techniques : le pont tournant de Recouvrance

  • 8  La maquette du pont tournant de Brest présentée lors des expositions universelles de Londres (1862 (...)
  • 9  Les aspects historiques sont développés notamment dans Sylvain Laubé et Stéphane Sire, « Histoire( (...)
  • 10  Voir le site « Ressources en histoire des sciences et techniques pour la formation des maîtres » : (...)

3Ce pont à deux volées (fig. 1), unique par ses dimensions (plus de 175 mètres de long) et ses mécanismes, était considéré comme un exemple du savoir-faire de l’empire français en matière de travaux publics (et de constructions monumentales) et présenté lors des expositions universelles de 1855, 1862 et 18678. Le pont tournant de Brest et ses diverses représentations s’insèrent donc dans un cadre général de développement industriel français décidé et démarré en 1852 par Napoléon III. Un bref résumé sera donné ici9, d’autant que certains aspects ont été publiés en ligne dans le cadre d’un site internet dédié à la formation des maîtres10.

fig. 1 - Le croiseur « Montcalm » sortant du port, le pont tournant ouvert (1937)

fig. 1 - Le croiseur « Montcalm » sortant du port, le pont tournant ouvert (1937)

Archives municipales de Brest, 3Fi083-067.

4Pour permettre l’ouverture du pont au milieu de la Penfeld, le mouvement de rotation autour des axes des piles est donné par deux cabestans par volée, diamétralement opposés par rapport à l’axe de la pile. Un seul de ces mécanismes suffit pour faire tourner une volée lorsque le temps est calme. Les volées pivotent ensuite jusqu’à une position parallèle aux quais. Les recherches ont mis en évidence cinq systèmes mécaniques dont :

  • un mécanisme de rotation actionné à bras d’hommes par cabestan et facilité par la présence de rouleaux coniques (sur lesquels est posée la volée) qui minimisent le frottement,

  • un mécanisme de verrouillage en bout des deux volées

  • un mécanisme d’accrochage aux quais (une paire de mâchoires par volée)

  • un système de vérins à vis qui prévient la déformation du pont

  • 11  S. Laubé, S. Sire, 2007, op. cit., note 9.
  • 12  A titre d’exemple, voir : les fonds (2S 70, 2S 71 & 2S 72), AD Finistère ; Nicolas Cadiat et Alpho (...)
  • 13  M. Aumaître, « Note n° 167 relative au pont tournant construit sur la Penfeld pour la traverse de (...)

5La figure 211 représente un exemple extrait d’une modélisation 3D cinématique réalisée par Stéphane Sire : elle concerne quatre des mécanismes mis en évidence lors des travaux de recherche et plusieurs animations en explicitent la cinématique. Les sources utilisées pour la compréhension des mécanismes comme des contextes historiques d’usages sont issues des divers fonds d’archives disponibles12. Les plans de référence à la modélisation sont ceux publiés par M. Aumaître en 186713, ingénieur des ponts et chaussées en poste dans le Finistère et chargé de surveiller la conduite des travaux de construction pour l’État.

fig. 2 - Le mécanisme de rotation du pont tournant (1867).

fig. 2 - Le mécanisme de rotation du pont tournant (1867).

À gauche, en rouge, le cabestan déployé et mis en action par les agents de la direction du port. La volée est posée sur les rouleaux et on aperçoit un des engrenages en bleu. À droite, la volée a été enlevée. Le cabestan (en rouge) entraîne un petit pignon qui engrène sur le pignon bleu  qui engrène à son tour sur la crémaillère afin d’opérer la rotation de la volée

Auteur : S. Sire,[Laubé & Sire, 2007].

  • 14  Voir Roger Yven, www.brest3d.fr/pont.php, site dédié, pour partie, à la « reconstitution historiqu (...)

6La figure 3 provient d’un site14 qui présente plusieurs vues du pont ainsi qu’un montage vidéo comportant cartes postales et plans du mécanisme de rotation, les sources étant non référencées. Une animation 3D montre le mécanisme ainsi qu’une vue du pont en rotation. Une première lecture de ces deux images (sans connaissances a priori du contexte de production et sans analyse de la situation de communication) indique une très grande similitude avec le constat d’une plus grande qualité esthétique pour la figure 3, dû à la colorisation et aux textures qui génèrent un effet de réalité.

fig. 3 - Le mécanisme de rotation du pont tournant.

fig. 3 - Le mécanisme de rotation du pont tournant.

Auteur : Roger Yven, http://www.brest3d.fr/​pont.php

De l’historicité du document numérique à la question du genre du DN pour l’histoire des techniques

  • 15  Au sens de ce qui peut être attesté de manière factuelle par la « critique des sources ».

7La question de l’historicité15 de ces deux images se pose alors. La citation des sources en constitue la première étape. La figure 2 est insérée dans un discours historique et un corpus de référence constitués par la recherche (très brièvement décrits décrits au-dessus).

  • 16  http://digital.lib.lehigh.edu/cdm4/bridges_viewer.php ?DMTHUMB =&CISOPTR =3124&ptr =3168

8Si la page internet où est publiée la figure 3 (avec son animation) présente une iconographie historique, les références des sources sont absentes. On peut aisément les retrouver : d’une part, sur le site des Archives municipales de Brest pour les cartes postales, d’autre part, sur le site « Digital Bridges » pour les deux planches16.

9L’image 3D est un modèle qui résulte de l’analyse critique des sources historiques. Deux points extraits de nos exemples permettent de le montrer. Chacun des modèles montrent un seul mécanisme pour la rotation d’une volée du pont. Les sources indiquent que deux mécanismes identiques étaient situés symétriquement par rapport à l’axe de rotation de chaque volée. Selon les conditions (climatiques par exemple), on opérait à partir d’un ou deux mécanismes avec des équipes jusqu’à huit hommes par cabestan. Le modèle 3D de la figure 2 ne constitue donc pas une volonté de reproduire au plus près la réalité historique telle qu’on la connaît, mais d’expliciter un mécanisme du point de vue de l’histoire des techniques (qui constitue de fait le contexte de production de cette image). De même, les plans issus des sources historiques ne présentent qu’un seul mécanisme, par souci de faciliter la compréhension du lecteur et éviter une redondance néfaste.

  • 17  http://www.brest3d.fr/
  • 18  Ce qui nous paraît aller au-delà de la réalité.

10Nous faisons ici l’hypothèse que le modèle 3D de la figure 3 résulte de l’interprétation directe de la seule source citée qui ne montre qu’un seul mécanisme pour la rotation, sans analyse critique. Si elle présente certaines qualités pour expliciter le mécanisme à l’œuvre, elle ne constitue pas une image à caractère historique. Cette hypothèse paraît confirmée par le fait, par exemple, que les croix de Saint-André manquent dans la structure métallique sous la volée. Par ailleurs, la page d’accueil17 nous informe sur le contexte de production : publié par une petite entreprise d’images de synthèse et de graphisme, il s’agit de démontrer ici de compétences en imagerie 3D au travers d’exemples particulièrement frappants et esthétiquement très séduisants. L’auteur indique cependant dans ces compétences : « reconstitutions historiques »18.  

  • 19  Ou encore le cybergenre du « document pour l’histoire des techniques ».

11Une première conclusion à partir de ces deux exemples réside dans la difficulté à déterminer a priori dans quelle mesure un modèle 3D est historique et donc la nécessité de définir de manière plus générale le genre « Document Numérique (DN) » pour l’histoire des techniques19.

  • 20  Michael Shepherd, Livia Polanyi, « Genre in digital documents », 33rd Hawaii international confere (...)
  • 21  Voir Ioannis Kanellos, Thomas Le Bras, Frédéric Miras, Ioana Suciu, « Le concept de genre comme po (...)

12Michael Shepherd et Livia Polanyi20, dont le travail est cité par Ioannis Kanellos21, proposent de caractériser le genre propre au DN par trois éléments « constitutifs » :

13Le contenu (information …), organisé suivant une structure matérielle (disposition, mise en page, etc.), souvent suffisante lors d’une première et rapide lecture pour deviner le genre, et logique (titre, auteur, date, résumé etc.), qui apporte de l’information sur l’organisation intellectuelle du document.

14Le contenant (support, médium), qui détermine le mode d’accès, d’appropriation ou de « lisibilité » de l’information (par l’homme ou la machine).

15Le contexte de production, qui retrace l’intention de publication, dans un cadre, une fonction ou une activité donnée. Jouant un rôle essentiel dans le processus de lecture du document, le contexte peut être en partie reflété tant dans le contenu que dans le contenant.

16Si nous appliquons ce schéma du genre à nos deux exemples (figure 2 et 3), les contextes de production sont pour nous clairement identifiés : l’un est celui de la recherche en histoire des techniques, l’autre du domaine de l’activité commerciale dans le domaine de l’imagerie 3D. On constate par contre que les contenants (les images de synthèse associées à leur cortège d’animations cinématiques) sont très proches et que les contenus les plus lisibles (expliciter le mécanisme de rotation) sont eux aussi très semblables. Les contenants comme les contenus en tant que telsne permettent pas de décider aisément du contexte de production et donc du genre du DN (historique ou non). Seules les informations publiées dans l’environnement du DN identifient et déterminent par conséquent le contexte de production, par suite le genre.

  • 22  Michael Shepherd et Carolyn Watters, “Identifying web genre : hitting a moving target”, WWW 2004 C (...)

17Par ailleurs, la genèse du DN peut être décrite par les processus suivants22 :

  • La réplication (reproduction) des genres par rapport aux genres préexistant, qui se retrouvent dans d’autres médias.

  • L’émergence de nouveaux genres qui n’ont pas d’équivalent sur support analogique ou dans un autre média.

  • 23  Voir les travaux de Laroche et al dont on trouvera ici la bibliographie : http://florent.laroche.f (...)

18Dans notre exemple, la modélisation de l’imagerie 3D (cinématique ou non) pour l’histoire des techniques23 s’inscrit dans le second processus (l’émergence d’un nouveau genre de DN), mais on a vu plus haut une possible difficulté à définir le contexte de production, pour le lecteur « non initié » ou non, à partir du seul contenu et du contenant.

  • 24  Les communautés de pratique se définissent selon trois dimensions : les frontières de leur domaine (...)
  • 25  C’est le cas par exemple du « Portail pour l’histoire des sciences et des techniques en France et (...)

19La communauté de pratique24 de référence (ici, des historiens des techniques) définit le contexte de production tout comme l’organisation logique des connaissances et c’est alors le processus de réplication qui rendra le DN plus facilement acceptable et utilisable par la communauté de pratique25.

  • 26  www.unicaen.fr/services/cireve/rome/index.php
  • 27  Philippe Fleury, Sophie Madeleine, « Problématique d’une restitution globale de la Rome antique. U (...)
  • 28  http://www.unicaen.fr/services/cireve/rome/pdr_maquette.php ?fichier =bigot

20Le site internet « Plan de Rome, restituer la Rome antique »26 de l’université de Caen en constitue un exemple intéressant à analyser. En effet, si l’on considère le site en tant que tel comme un DN numérique (incluant de l’imagerie 3D virtuelle interactive et cinématique), on se trouve dans une situation de réplication d’un genre déjà connu en histoire : celui de la restitution. Le point de départ de cette recherche est la présence à Caen du plan relief de Paul Bigot, appelé le « Plan de Rome »27, réalisé à partir du début du siècle dernier28.

21L’explicitation de ce projet numérique montre bien son insertion dans un genre déjà reconnu par les historiens et les archéologues qui comporte cependant une part en émergence : la modélisation qui nécessite une articulation entre infographistes et chercheurs (qui indique qu’une nouvelle communauté de pratique est en cours à partir de celles des historiens et des informaticiens).

22Nous retiendrons de ce paragraphe l’idée que le modèle 3D virtuel en lui-même, non contextualisé, est a priori a-historique. C’est non seulement l’explicitation de la méthode de modélisation au regard de celle de l’histoire des techniques qui lui permet de s’inscrire dans le genre « DN pour l’histoire des techniques » mais aussi la publication des sources utilisées pour construire le modèle (et qui autorise la critique des sources pour le chercheur/utilisateur). Ce point amène à penser le DN inséré nécessairement dans un environnement informatique pour l’histoire des techniques (EIHT) dont l’organisation dépendra fortement du contexte d’utilisation.

Perspectives pour la recherche à Brest : du genre du document numérique pour l’histoire des techniques à la question de sa modélisation informatique pour le web sémantique

  • 29  Voir par exemple : http://www.w3.org/2001/sw/
  • 30  Une ontologie constitue en soi un modèle de données représentatif d’un ensemble de concepts dans u (...)

23Le développement du web sémantique dont l’objectif est de fournir un cadre commun qui permet aux données en ligne d’être partagées et réutilisées pour diverses applications29 génère des questions de recherche de nature pluridisciplinaire car il s’agit de modéliser d’un point de vue informatique les DN en fonction des communautés de pratiques qui les utilisent. Appliqué au cas d’un EIHT, cela nécessite de modéliser le genre du « DN en histoire des techniques » tel qu’on a pu le définir dans cette note. Par ailleurs, on a besoin d’ontologies30 qui permettent de décrire le domaine des connaissances pour pouvoir réutiliser les DN dans des environnements dédiés à la recherche mais aussi à l’enseignement.

  • 31  Voir Ionnis Kanellos, « Lecture(s) et genre(s) du document numérique », XIe colloque international (...)

24Un travail préliminaire d’élaboration d’une ontologie définissant les sources historiques concernant les grues et les ponts de l’arsenal de Brest est en cours en s’appuyant notamment sur les travaux de Kanellos31, et en collaboration avec Serge Garlatti, chercheur au département d’informatique de Telecom-Bretagne.

  • 32  « Mind the Gap », contrat FP7 n° 217725.

25Il s’inscrit en lien avec les deux projets européens dans le domaine de la recherche sur les EIAH où l’équipe PaHST est chargée de deux missions. Il s’agit d’une part d’élaborer des lignes de conduite (« guide-lines ») pour analyser et construire des EIAH basés sur la démarche d’investigation en sciences et utilisant des ressources en histoire des sciences et techniques32. D’autre part, à partir de ce « guide-line », l’enjeu est de construire et d’évaluer un EIAH pour la formation des maîtres concernant les méthodes innovantes pour enseigner en utilisant des ressources en histoire des sciences et techniques.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple le site « Portail pour l’histoire des sciences et des techniques en France et en Europe » : http://histsciences.univ-paris1.fr/index.php ?IDcatm =1&thema =yes

2  Voir par exemple dans cet ouvrage les contributions de Michel Cotte, Florent Laroche et Stéphane Sire.

3  Voir la contribution de Jean-Louis Kerouanton dans cet ouvrage.

4  La recherche en éducation s’inscrit dans le cadre des activités du groupe ReForEHST : plates-formes.iufm.fr/ehst/rubrique.php3 ?id_rubrique =3

5  Voir par exemple : Sylvain Laubé, Serge Garlatti, Jean-Louis Tetchueng, « A scenario model based on anthropology of didactics for Inquiry-Based Science Teaching », International journal of advanced media and communication, vol. 2, n° 2, april 2008, pp. 191-208.

6  Sylvain Laubé, « Histoire technique du port-arsenal de Brest : le pont tournant (1861-1944) et le pont à transbordeur (1909-1947) », dans Philippe Jarnoux, Jean-Louis Kerouanton, Sylvain Laubé éd., Histoire et techniques du paysage industriel portuaire en France, XVIIe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2010, à paraître.

7  Pour le pont tournant, voir : www.brest3d.fr/pont.php ; pour la grue Gervaize : www.wiki-brest.net/index.php/Image :Capucins_3D_12.jpg ; pour la grue à mâter : http://www.brest3d.fr/maquette-brest2.php

8  La maquette du pont tournant de Brest présentée lors des expositions universelles de Londres (1862) et de Paris (1867) est exposée au Musée national de la Marine, à Brest.

9  Les aspects historiques sont développés notamment dans Sylvain Laubé et Stéphane Sire, « Histoire(s) autour de la maquette du pont tournant de Brest (Musée national de la Marine) », Neptunia, n° 247, septembre 2007, pp. 48-53 et Sylvain Laubé et Stéphane Sire, « Histoire du paysage industriel portuaire de Brest au XIXe siècle : l’exemple du premier pont (tournant) de Recouvrance », Actes du Premier congrès francophone d’histoire de la construction, Paris, 19-21 juin 2008 (à paraître, 2010).

10  Voir le site « Ressources en histoire des sciences et techniques pour la formation des maîtres » : /plates-formes.iufm.fr/ressources-ehst/spip.php ?rubrique18. L’item « Histoire des techniques » a été réalisé en lien avec les AM de Brest ainsi que le service éducatif du Musée national de la Marine.   

11  S. Laubé, S. Sire, 2007, op. cit., note 9.

12  A titre d’exemple, voir : les fonds (2S 70, 2S 71 & 2S 72), AD Finistère ; Nicolas Cadiat et Alphonse Oudry, Projet de pont entre Brest et Recouvrance, Fonds anciens de l’école des Ponts et Chaussées, cote 4.4735/C261, 1854 ; le fond iconographique numérisé des Archives municipales de Brest en ligne : http://archives.mairie-brest.fr/4DCGI/Web_DF/ILUMP4763

13  M. Aumaître, « Note n° 167 relative au pont tournant construit sur la Penfeld pour la traverse de la route impériale n° 12 dans la ville de Brest » Annales des ponts et chaussées, 4ème série, tome 14, 1867, pp. 265-276. On trouve la revue numérisée ici : http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k408508k.r =.langfr

14  Voir Roger Yven, www.brest3d.fr/pont.php, site dédié, pour partie, à la « reconstitution historique ».

15  Au sens de ce qui peut être attesté de manière factuelle par la « critique des sources ».

16  http://digital.lib.lehigh.edu/cdm4/bridges_viewer.php ?DMTHUMB =&CISOPTR =3124&ptr =3168

17  http://www.brest3d.fr/

18  Ce qui nous paraît aller au-delà de la réalité.

19  Ou encore le cybergenre du « document pour l’histoire des techniques ».

20  Michael Shepherd, Livia Polanyi, « Genre in digital documents », 33rd Hawaii international conference on system sciences, volume 3, 2000, « pp. 3010 », www.computer.org/portal/web/csdl/abs/proceedings/hicss/2000/0493/03/0493toc.htm.

21  Voir Ioannis Kanellos, Thomas Le Bras, Frédéric Miras, Ioana Suciu, « Le concept de genre comme point de départ pour une modélisation sémantique du document électronique », Actes du colloque international sur le document électronique (CIDE’05), Beyrouth, Liban, avril 2005, pp. 201-216. 

22  Michael Shepherd et Carolyn Watters, “Identifying web genre : hitting a moving target”, WWW 2004 Conference workshop “Measuring web search effectivness : the user perspective”, New-York, 18 mai 2004, www.cs.dal.ca/~watters/www2004WorkShop/pdfs/4.pdf,

23  Voir les travaux de Laroche et al dont on trouvera ici la bibliographie : http://florent.laroche.free.fr/blog/index.php ?Liste-des-publications-scientifiques.

24  Les communautés de pratique se définissent selon trois dimensions : les frontières de leur domaine d’application, leur existence sociale en tant que communauté et les outils, le langage, les histoires et documents que les membres de cette communauté partagent et s’échangent. C’est un groupe qui interagit, apprend ensemble, construit des relations et à travers cela développe un sentiment d’appartenance et de mutuel engagement. Voir Etienne Wenger, Communities of practice : learning, meaning, and identity, Cambridge University Press, 1998 ou encore son site : http://www.ewenger.com/theory/

25  C’est le cas par exemple du « Portail pour l’histoire des sciences et des techniques en France et en Europe », voir note 1 ; ou encore de la publication en ligne de sources numérisées pour l’histoire des techniques, voir le site du Cnum : cnum.cnam.fr/

26  www.unicaen.fr/services/cireve/rome/index.php

27  Philippe Fleury, Sophie Madeleine, « Problématique d’une restitution globale de la Rome antique. Une visite interactive avec accès dynamique aux sources anciennes », colloque international Virtual retrospect, Bordeaux, 15-16 novembre 2007 ; http://www.unicaen.fr/services/cireve/rome/pdf/article.pdf

28  http://www.unicaen.fr/services/cireve/rome/pdr_maquette.php ?fichier =bigot

29  Voir par exemple : http://www.w3.org/2001/sw/

30  Une ontologie constitue en soi un modèle de données représentatif d’un ensemble de concepts dans un domaine, ainsi que les relations entre ces concepts. Elle est employée pour raisonner à propos des objets du domaine concerné. Voir par exemple : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ontologie_(informatique.

31  Voir Ionnis Kanellos, « Lecture(s) et genre(s) du document numérique », XIe colloque international sur le document électronique : Interactions & usages autour du document numérique (CIDE 11), Rouen, Trupin éd., 2008, pp. 202-210.

32  « Mind the Gap », contrat FP7 n° 217725.

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 - Le croiseur « Montcalm » sortant du port, le pont tournant ouvert (1937)
Crédits Archives municipales de Brest, 3Fi083-067.
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/160/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre fig. 2 - Le mécanisme de rotation du pont tournant (1867).
Légende À gauche, en rouge, le cabestan déployé et mis en action par les agents de la direction du port. La volée est posée sur les rouleaux et on aperçoit un des engrenages en bleu. À droite, la volée a été enlevée. Le cabestan (en rouge) entraîne un petit pignon qui engrène sur le pignon bleu  qui engrène à son tour sur la crémaillère afin d’opérer la rotation de la volée
Crédits Auteur : S. Sire,[Laubé & Sire, 2007].
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/160/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre fig. 3 - Le mécanisme de rotation du pont tournant.
Crédits Auteur : Roger Yven, http://www.brest3d.fr/​pont.php
URL http://dht.revues.org/docannexe/image/160/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Laubé, « Modélisation des documents numériques pour l'histoire des techniques : une perspective de recherche », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 18 | 2e semestre 2009, mis en ligne le 28 décembre 2010, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://dht.revues.org/160

Haut de page

Auteur

Sylvain Laubé

Équipe « Patrimoine, histoire des sciences et techniques » (PaHST)
Université de Bretagne Occidentale

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page