Navigation – Plan du site

Instructions pour les auteurs

DOCUMENTS POUR L’HISTOIRE DES TECHNIQUES

CENTRE D’HISTOIRE DES TECHNIQUES ET DE L’ENVIRONNEMENT

img-1.jpg

Cnam- EHESS

5 rue du Vertbois, 75003 Paris

Tél. 01 53 01 80 25 — Fax. 01 53 01 80 24

eugenie.briot@univ-mlv.fr

liliane.perez@secdhte.fr

Tout manuscrit pour la collection Documents pour l’histoire des techniques doit être envoyé au Centre d’histoire des techniques et de l’environnement qui le soumet au comité de lecture et fixe le calendrier éditorial.

Le CDHTE se réserve la faculté d’adapter les manuscrits aux normes scientifiques et typographiques qu’il a fixées pour la collection et de demander aux auteurs de revoir leur manuscrit selon ces instructions.

L’auteur cède au CDHTE le droit exclusif d’imprimer et de vendre l’ouvrage. Il sera remis 1 exemplaire du volume par article quel que soit le nombre d’auteurs de celui-ci.

Les textes doivent être originaux et ne peuvent faire l’objet d’une autre publication sauf autorisation écrite du CDHTE.

Les auteurs reçoivent un jeu des premières épreuves qu’ils doivent retourner au CDHTE dans les 10 jours. Passés ce délai, seules seront prises en compte les corrections apportées par le secrétariat du CDHTE.

Les auteurs acceptent que leur texte soit publié sur le site internet du CDHTE.

Remise du manuscrit

Un manuscrit est un texte définitif, pour lequel aucune modification au moment des épreuves, autres que les corrections typographiques usuelles, ne pourra être acceptée.

Le texte du manuscrit sera remis sous forme électronique (fichier Word .doc ou .rtf) à la directrice de la publication, Liliane Pérez : liliane.perez@secdhte.fr

La longueur d’un article ne dépassera pas environ 45 000 signes (espaces compris, notes comprises).

Les notes sont infra-paginales et numérotées en continu.

Les illustrations originales, limitées à 5 par texte, seront fournies en même temps que le manuscrit en format .pdf ; les tableaux et graphismes remis dans des fichiers séparés, dans des formats facilement exploitables (.doc ou .xls). Il faudra veiller à ce que toutes les polices de caractères spécifiques soient jointes aux documents fournis. Prévoir également les légendes des illustrations.

Tout texte ou illustration utilisé ne peut l’être sans l’autorisation expresse et écrite du propriétaire (auteur, éditeur du livre ou de la revue, musée, bibliothèque) conformément aux dispositions de la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique.

Un double du manuscrit sera obligatoirement gardé par l’auteur : le texte original ne lui sera pas envoyé pour la correction des épreuves.

Tout article sera accompagné d’un résumé en français et d’un résumé en anglais, de 1000 signes maximum chacun, ainsi que d’une liste de mots-clés français et en anglais (6 maximum).

Pour chaque numéro, des normes éditoriales particulières seront établies pour la publication des documents (sources primaires) qui accompagneront les textes.

Présentation du manuscrit

Le texte sera présenté de la façon la plus simple possible : texte justifié, aucune césure de mot. Les titres des différentes parties de l’article seront bien identifiés. Le CDHTE se réserve le droit de faire des propositions en cette matière.

Les polices

Les textes sont remis en police Century Gothic, caractères 8,5.

Les notes de bas de pages sont en caractères 7,5.

Un espace insécable est inséré après le point de chaque note.

Les italiques

Les italiques seront utilisés pour faire ressortir des mots ou groupes de mots dans le corps du texte (jamais le gras ou le soulignement) ; ils seront également utilisés pour les titres d’ouvrages, de journaux (conformément aux normes typographiques en usage) ainsi que pour les abréviations et expressions latines (en particulier : ibid., idem, op. cit., et al.) et les mots étrangers.

Ne pas en abuser.

Les citations

Toutes les citations en langue étrangère seront traduites, l’original donné éventuellement en note. Les citations doivent correspondre exactement au texte original. L’auteur est responsable de leur exactitude. Elles seront données en romain, entre guillemets. Si elles sont longues (plus de deux ou trois lignes de texte, elles seront sorties du texte, indiquées par un retrait à gauche, un espace avant et un espace après, sans guillemets, en caractère 10, interligne simple. Les interventions de l’auteur dans le texte d’une citation (suppressions, adjonctions ou remplacements de mots ou de lettres) seront indiquées entre crochets. Les coupures de texte seront signalées par […].

Lorsqu’il y a des guillemets, l’appel de notes suit les derniers guillemets. S’il y a un point, ou une virgule, il précède le point. Exemple : Son mode de fonctionnement reste celui de 1798 : quatre « classes » (« Inventeurs », « Savans », « Artistes » et « Amateurs ») comprenant chacune des « correspondants français et étrangers » .

Les majuscules

Le français fait un usage modéré des majuscules, contrairement à d’autres langues. Ne pas les utiliser pour mettre un mot en valeur (utiliser plutôt les italiques, ou en second choix les guillemets). Ne pas les utiliser non plus pour développer des sigles, CNRS s’écrit : Centre national de la recherche scientifique.

Dans le corps du texte, les prénoms seront écrits en entier, et les noms d’auteur ou de lieux écrits en minuscules (capitale initiale seulement).

Attention : Académie des sciences

Quelques usages

Les Documents pour l’histoire des techniques s’appuient, pour les normes typographiques, sur Les Règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale.

Quelques exemples de normes à respecter :

Abréviations (à utiliser dans les notes, jamais dans le texte)

Archives nationales : AN

Archives départementales : AD + nom du département (AD Jura)

Archives municipales : AM + nom de la ville

Bibliothèque nationale de France : BnF

Bibliothèque municipale : BM + nom de la ville

Page ou pages : p. (ne jamais indiquer un numéro de page sans le faire précéder de p.) ; chapitre : chap. ; tome : t. ; éditeur (de texte) : éd. ; édition(s) ne s’abrège pas.

Premier : 1er ou 1er ; deuxième (ou autres) : 2e, ou 2e.

Nous mettrons les lettres en exposant automatiquement si vous ne pouvez le faire.

Les siècles s’écrivent en chiffres romains : XIXe siècle

Sigles

Ne pas utiliser de points entre les lettres, on écrit CDHTE et non pas C.D.H.T.E.

Renvoi bibliographique

Ne pas utiliser cf. mais le remplacer éventuellement par : voir.

Dates et numéros de page

Écrire 1995-1998 (et non pas 1995-98) et pp. 141-149 (et non pas 141-9).

Présentation des bibliographies

Les références bibliographiques en note devront comprendre obligatoirement les éléments suivants, chaque élément étant séparé des autres par une virgule :

Prénom de l’auteur, nom de l’auteur, titre, [directeur d’ouvrage, le cas échéant], ville, éditeur, date, pages (dans un ouvrage collectif).

On limitera au maximum l’emploi des majuscules dans les titres, même en anglais.

Les titres d’ouvrage seront indiqués en italiques, les titres d’articles entre guillemets, les collections entre parenthèses après le nom de l’éditeur.

Pour les ouvrages étrangers, les noms de ville seront indiqués en français, quand ils existent : Florence et non pas Firenze.

Exemples de références bibliographiques

— Pour un ouvrage —

John R. Harris, Industrial espionage and technology transfer. Britain and France in the XVIIIth century, Aldershot, Ashgate, 1998.

— Pour une contribution à un ouvrage collectif —

Patrice Bret, « La Méditerranée médiatrice des techniques : regards et transferts croisés durant l’expédition d’Égypte (1798-1801) », dans Marie-Noëlle Bourguet, Daniel Nordman, Vassilis Panayatopoulos, Maroula Sinarellis éd., Enquêtes en Méditerranée. Les expéditions françaises d’Egypte, de Morée et d’Algérie, Athènes, Institut de recherches néohelléniques/FNRS, 1999, pp. 79-101.

— Pour un article dans une revue —

Gérard Jigaudon, « Cent ans d’implantations industrielles en région parisienne (1860-1960).

Rappel historiographique », L’archéologie industrielle en France, 35, 1999, pp. 63-66.

Pour une nouvelle citation, utiliser ibid. si elle suit immédiatement, op. cit. note 00 dans les autres cas (rappeler le nom de l’auteur avant op. cit.).